Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Abracadabra de Kurt Vonnegut

Kurt Vonnegut
  Abattoir 5
  Elle est pas belle, la vie ?
  Le pianiste déchaîné
  Les sirènes de Titan
  Nuit noire - Nuit mère
  Le Berceau du chat
  Dieu vous bénisse, monsieur Rosewater ou R comme Rosewater
  Le Breakfast du champion ou le petit déjeuner des champions
  Gibier de potence
  Galapagos
  Barbe-Bleue
  Abracadabra
  Le petit oiseau va sortir
  Un homme sans patrie
  Pauvre Surhomme

AUTEUR DES MOIS DE JUIN & JUILLET 2016

Kurt Vonnegut est un écrivain américain, né en 1922 dans l'Indiana et décédé en 2007 à New York.

Issu de la troisième génération d'immigrés allemands, il fait ses études à Indianapolis

Engagé dans l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, il participe à l'offensive des Ardennes et est fait prisonnier de guerre à Dresde. Lorsque les ville est totalement rasée par les bombardements alliés, il a la chance survivre indemne physiquement. Ce drame le marquera à vie et inspirera "Abattoir 5"

Après la guerre, Vonnegut reprend ses études à Chicago et collabore à des journaux. Il trouve un emploi à General Electric, commence à écrire et rencontre le succès

Il se marie et a trois enfants auxquels s'ajoutent ses trois jeunes neveux dont les parents sont mort prématurément.

Se heurtant aux murs des étiquettes, on peut regretter que certains ne voient en lui qu'un auteur de Science Fiction, ce qui, en soit, n'a rien d’infamant, mais ne témoigne pas de la totalité de son œuvre.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Abracadabra - Kurt Vonnegut

De la Science-Fiction ? Non pas
Note :

   Titre original : Hocus Pocus, 1990
   
   Etrange auteur que Kurt Vonnegut et si difficile à classer. Science-Fiction ? Non. Pas là en tout cas. Prospective ? Sûrement. Avec les libertés, les exagérations, qu’autorise le format du roman. Franz Kafka pas vraiment loin en fait.
   
   Disons que dans "Abracadabra", comme dans d’autres ouvrages, Kurt Vonnegut se plait à mêler des problématiques contemporaines, réelles, avec de la pure prospective, poussée souvent au paroxysme, voire à l’absurde. Kafka pas loin, je l’ai dit...
   
   Comme dans d’autres ouvrages aussi, Kurt Vonnegut construit son récit dans une sorte "d’épluchage de l’oignon", dont on enlève couche après couche pour se rapprocher du centre. Kurt Vonnegut procède ainsi, souvent d’ailleurs en pré-annonçant ce qui va suivre ; la mort de tel ou tel, une catastrophe,... mais en progressant doucement, avec beaucoup de digressions. Il en profite d’ailleurs pour faire état de ses idées et régler des comptes avec notre société moderne et ses inhibitions ou morales au rabais qu’elle érige en tables de la loi (particulièrement aux USA).
   
   De quoi est-il question ici ? D’abord Kurt Vonnegut situe l’action en 2001 (écrit en 1990). Les conservateurs sont au pouvoir. Un rescapé du Vietnam est parvenu à rebondir comme éducateur dans une simili-Université (un truc bizarre réservé à des exclus de l’Enseignement supérieur) grâce à ses relations durant la guerre du Vietnam avec un officier américain de haut rang. Mais il se fait peu à peu mettre au ban, puis exclure, de par son attitude "négative", peu conforme à l’esprit "conservateur" au pouvoir et notamment à la tête de l’école en question.
   
   Il finit par être engagé comme éducateur de la prison voisine – dirigée depuis peu par des Japonais (qui rachèteraient tout dans le pays !) – puis par être lui-même emprisonné, soupçonné qu’il est de complicité vis-à-vis d’une gigantesque évasion qui a lieu dans cette prison.
   
   En fait ce n’est pas tant "l’histoire" (si c’en est une) qui importe mais plutôt ce qu’elle permet de faire passer comme messages, d’afficher comme opinions.
   
   Un peu iconoclaste, beaucoup désabusé... Kurt Vonnegut quoi.

critique par Tistou




* * *