Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Gibier de potence de Kurt Vonnegut

Kurt Vonnegut
  Abattoir 5
  Elle est pas belle, la vie ?
  Le pianiste déchaîné
  Les sirènes de Titan
  Nuit noire - Nuit mère
  Le Berceau du chat
  Dieu vous bénisse, monsieur Rosewater ou R comme Rosewater
  Le Breakfast du champion ou le petit déjeuner des champions
  Gibier de potence
  Galapagos
  Barbe-Bleue
  Abracadabra
  Le petit oiseau va sortir
  Un homme sans patrie
  Pauvre Surhomme

AUTEUR DES MOIS DE JUIN & JUILLET 2016

Kurt Vonnegut est un écrivain américain, né en 1922 dans l'Indiana et décédé en 2007 à New York.

Issu de la troisième génération d'immigrés allemands, il fait ses études à Indianapolis

Engagé dans l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, il participe à l'offensive des Ardennes et est fait prisonnier de guerre à Dresde. Lorsque les ville est totalement rasée par les bombardements alliés, il a la chance survivre indemne physiquement. Ce drame le marquera à vie et inspirera "Abattoir 5"

Après la guerre, Vonnegut reprend ses études à Chicago et collabore à des journaux. Il trouve un emploi à General Electric, commence à écrire et rencontre le succès

Il se marie et a trois enfants auxquels s'ajoutent ses trois jeunes neveux dont les parents sont mort prématurément.

Se heurtant aux murs des étiquettes, on peut regretter que certains ne voient en lui qu'un auteur de Science Fiction, ce qui, en soit, n'a rien d’infamant, mais ne témoigne pas de la totalité de son œuvre.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Gibier de potence - Kurt Vonnegut

Soubresauts post – Watergate
Note :

   Titre original : Jailbird , 1979
   
   Ecrit en 1979, Kurt Vonnegut s’appuie sur ce qu’on a communément appelé "le Watergate" pour nous narrer une histoire... forcément déjantée. Forcément.
   
   Il s’appuie aussi sur la fameuse école de "Harvard" et aux produits qui en sortent, les "Harvardiens", qui gravitent au plus près du pouvoir fédéral américain et qui entouraient notamment Nixon au moment du Watergate.
   
   Apparait un personnage apparemment régulièrement convoqué par Kurt Vonnegut, "Kilgore Trout", qui côtoie le personnage principal, Harvardien raté ; Walter F. Starbuck.
   
   Règlons le cas de Kilgore Trout : "Il crée le personnage de Kilgore Trout, auteur de science-fiction raté, allusion parodique à l'auteur Theodore Sturgeon. Il apparaît dans plusieurs romans et finira par obtenir les plus grands honneurs dans Breakfast of Champions."
   Kilgore Trout n’aura pas un grand rôle dans "Gibier de potence". Non, le grand rôle c’est pour Walter F. Starbuck. Et voilà ce qu’il en est :
   « ... Et Mille Neuf Cent Treize me fit don de l’existence. Et Mille Neuf Cent Vingt-Neuf bousille l’économie américaine. Et Mille Neuf Cent Trente et Un m’expédia à Harvard. Et Mille Neuf Cent Trente – Huit me dégota mon premier job au gouvernement fédéral. Et Mille Neuf Cent Quarante – Six me donna une épouse. Et Mille Neuf Cent Quarante – Six me donna un fils ingrat. Et Mille Neuf Cent Cinquante – Trois me vida du même dit gouvernement fédéral.
   Oui, ainsi habillé-je de majuscules les années comme si c’étaient des noms propres.
   Et Mille Neuf Cent Soixante – Dix me donna un boulot à la Maison – Blanche de monsieur Nixon. Et Mille Neuf Cent Soixante – Quinze m’expédia en prison pour participation dérisoire aux scandales politiques américains collectivement baptisés "Watergate".»
   

   Et donc, effectivement, Walter F. Starbuck fut un communiste raté, un conseiller de Nixon tout aussi raté qui va se faire épingler à contre-temps dans le cadre du scandale. Il n’a pas grand-chose à voir là-dedans, juste au mauvais endroit au mauvais moment.
   
   En fait d’histoire, c’est surtout l’occasion pour Kurt Vonnegut de faire connaître ses opinions sur différents sujets qui touchent à l’humanité, à l’Amérique et à son destin que Kurt Vonnegut n’envisage visiblement pas florissant...
   
   Lire Kurt Vonnegut, c’est d’abord accepter de se faire trimballer, d’écouter les considérations d’un déçu de l’humanité et de l’Amérique.

critique par Tistou




* * *