Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Berceau du chat de Kurt Vonnegut

Kurt Vonnegut
  Abattoir 5
  Elle est pas belle, la vie ?
  Le pianiste déchaîné
  Les sirènes de Titan
  Nuit noire - Nuit mère
  Le Berceau du chat
  Dieu vous bénisse, monsieur Rosewater ou R comme Rosewater
  Le Breakfast du champion ou le petit déjeuner des champions
  Gibier de potence
  Galapagos
  Barbe-Bleue
  Abracadabra
  Le petit oiseau va sortir
  Un homme sans patrie
  Pauvre Surhomme

AUTEUR DES MOIS DE JUIN & JUILLET 2016

Kurt Vonnegut est un écrivain américain, né en 1922 dans l'Indiana et décédé en 2007 à New York.

Issu de la troisième génération d'immigrés allemands, il fait ses études à Indianapolis

Engagé dans l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, il participe à l'offensive des Ardennes et est fait prisonnier de guerre à Dresde. Lorsque les ville est totalement rasée par les bombardements alliés, il a la chance survivre indemne physiquement. Ce drame le marquera à vie et inspirera "Abattoir 5"

Après la guerre, Vonnegut reprend ses études à Chicago et collabore à des journaux. Il trouve un emploi à General Electric, commence à écrire et rencontre le succès

Il se marie et a trois enfants auxquels s'ajoutent ses trois jeunes neveux dont les parents sont mort prématurément.

Se heurtant aux murs des étiquettes, on peut regretter que certains ne voient en lui qu'un auteur de Science Fiction, ce qui, en soit, n'a rien d’infamant, mais ne témoigne pas de la totalité de son œuvre.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Le Berceau du chat - Kurt Vonnegut

Plante contre plante
Note :

   Titre original : Cat's Cradle, 1963
   
   "Pensons au paradis que serait cette terre si les hommes étaient bons et sages."
   
   Ce livre est un récit fait à la première personne, par un personnage qui, étant jeune, avait voulu écrire le livre du "jour de la fin du monde". Ce jour, dans son idée, était celui où la Bombe atomique avait pulvérisé Hiroshima. Il désirait y raconter ce que faisaient ce jour tous les gens qui avaient un rapport avec la genèse de cet engin de mort. Il avait adressé dans ce but divers courriers à divers personnages et certains lui avaient répondu mais l'affaire avait cependant tourné court. Pourtant, il n'avait pas tort et il l'écrira, ce Livre de la fin du monde, mais ce sera bien plus tard et dans de tout autres circonstances.
   
   Revenons à sa première tentative. Le Dr Félix Hoenikker, inventeur de la bombe (dans le roman, du moins), étant décédé, il contacte ses enfants pour qu'ils lui racontent leur jour J, et le sien si possible, par ricochet car ils vivaient ensemble. Il parvient à en contacter deux sur trois. Puis, ayant retrouvé la trace du troisième, devenu Premier Ministre de l'ile de San Lorenzo, il s'y fait envoyer en tant que journaliste pour avoir l'occasion de le contacter et accessoirement, parce qu'il est tombé fou amoureux (sur simple photo) de Mona, la fille du dictateur.
   
   Sur l'ile de San Lorenzo domine une religion, le bokononisme, qui a secrètement converti toute la population bien qu'elle soit interdite (et férocement). Le narrateur nous annonce d'emblée qu'elle l'a converti lui aussi. Nous la découvriront au long du roman et vous verrez que c'est la plus étrange et la meilleure des religions (oui, elle m'a convertie également). Mais revenons à notre récit.
   
   En route, notre héros rencontre quelques autres visiteurs de l'ile et les deux autres enfants de Hoenikker qui s'y rendent également. Dès l'arrivée, rien ne se passe comme prévu pour personne et rien ne se passera jamais plus comme prévu...
   
   L'humour ironique de l'auteur fait merveille dans ce récit apocalyptique et l'on sait comme il aime souligner l'absurde.
   "Ces fortifications n'ont jamais été attaquées, et aucune personne sensée n'a d'ailleurs jamais avancé une raison pour laquelle elles pourraient l'être : elles n'ont jamais rien défendu. On dit que quatorze cents hommes sont morts en les construisant. La moitié d'entre eux, parait-il, ont été exécutés publiquement pour manque de zèle."

   (mais ça ne vous rappelle rien?)
   
   Vous devez absolument lire cet excellent livre, occasion pour K. Vonnegut, non seulement de nous amuser, mais aussi de nous rappeler ces évidences vitales dont l'homme n'arrive pas à tenir compte, depuis des millénaires qu'il est sur terre.
   
   "Et il n'y a pas plus de chat que de berceau.

critique par Sibylline




* * *