Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le temps retrouvé de Marcel Proust

Marcel Proust
  Sur la lecture
  Du côté de chez Swann -1- Combray
  Du côté de chez Swann -2- Un amour de Swann
  Du côté de chez Swann -3- Noms de pays : le nom
  À l'ombre des jeunes filles en fleurs -1- Autour de Mme Swann
  À l'ombre des jeunes filles en fleurs -2- Noms de pays: le pays
  Albertine disparue
  Le côté de Guermantes - I -
  Le côté de Guermantes -II-
  Sodome et Gomorrhe I & II
  L'indifférent et autres textes de jeunesse
  Contre Sainte-Beuve
  La prisonnière
  Chardin et Rembrandt
  Le temps retrouvé

Vous trouverez sur ce site la fiche de l'ouvrage que Alain de Botton a consacré à Marcel Proust, celle du "Marcel Proust 1871-1922" par George D. Painter, ou "Une saison avec Marcel Proust " de René Peter; et celle de "Madame Proust" d’Evelyne Bloch-Dano, tandis que Céleste Albaret, la fidèle bonne, a parlé ici de "Monsieur Proust" .

Pietro Citati vous aidera à mieux comprendre La Recherche.

Et serez-vous surpris d'apprendre que dans les camps, on s'est parfois soutenu à grands coups de Littérature et que Proust en était, comme en témoigne Joseph Czapski ? ... Et on parle aussi de Proust avec Marie-Odile Beauvais dans "Proust vous écrira", ainsi qu'avec "Le Paris retrouvé de Marcel Proust" de Henri Raczymow; "La petite cloche au son grêle" de Paul Vacca et même dans les policiers avec "Meurtre chez tante Léonie" d' Estelle Montbrun et dans la rubrique Cuisine avec "Proust, la cuisine retrouvée" de Anne Borrel.

Et pour les incurables, ceux que même la pelisse de Marcel intéresse: "Le manteau de Proust" de Lorenza Foschini, tandis que certains, tels Gaspard Koenig développent des personnages secondaires.
Sans oublier Christophe Pradeau
Et pour finir sur une note légère, vous pouvez même sourire avec Proust.
 



Amis proustophiles ou même proustolâtres, participez!.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Le temps retrouvé - Marcel Proust

Déjà fini ? !
Note :

   Oh my… comment vous parler de ce tome final de la recherche… Je sens que je ne vais pas y arriver, pas arriver à vous faire comprendre tout ce que j’ai pu ressentir, à vous faire bien saisir tous les petits moments où j’ai eu l’impression, comme le narrateur, d’avoir de micro-révélations, où le temps s’est entrouvert pour moi. Bref, ce tome termine magnifiquement cette fresque qu’est la Recherche et nous permet de la voir un peu autrement. Pas totalement, mais un peu.
   
   Du coup, j’ai le goût de tout relire. Et j’ai l’impression que j’en retirerais tout autre chose. C’est pas gagné, hein!
   
   Ce roman s’ouvre sur Tansonville où il retrouve Gilberte, mariée à St-Loup. Celui-ci est à la guerre et elle a quitté Paris pour éviter les bombardements. Nous retournerons ensuite à Paris, où, en raison de la guerre, tout le monde est germanophile (sauf Charlus) et où les mentalités évoluent doucement. Puis, la partie qui m’a le plus marquée, la matinée chez la princesse de Guermantes, où le narrateur retrouve – en raison de quelques moments de grâce – la croyance qu’il peut écrire et qu’il a une œuvre grandiose en tête, qui n’attend qu’à être écrite… et qu’il manquera peut-être de temps.
   
   C’est dans ce tome que tous les personnages prennent une dimension supplémentaire, celle de leur évolution dans le temps. Ce moment où le narrateur réalise que le temps a passé, qu’il n’y a pas échappé et qu’il a eu prise sur tout le petit monde. Et soudain, tout le roman prend une autre perspective, tous les personnages gagnent en épaisseur et on prend conscience que même en analysant, en tentant de les considérer sous toutes les facettes possibles, le fait qu’on soit arrivé au milieu de leur histoire a influencé toute notre perception… J’ai adoré constater l’évolution du monde, le voir sous différents angles, et réaliser, plus tard, que peut-être avais-je moi aussi pris pour acquis son immuabilité?
   
   Lire Proust et le réinterpréter à la lumière de sa perception de l’art, telle qu’exposée dans le roman, c’est toute une expérience. Impossible de ne pas s’arrêter à l’occasion pour tenter d’y ajouter nos propres idées, nos propres expériences. Et à la fin du roman, le romancier émerge, tardivement, et donne à la recherche une autre dimension.
   
   Bien entendu, on retrouve les personnages que l’on connaît. Saint-Loup, Mme Verdurin, la duchesse de Guermantes, Françoise, Gilberte, Charlus… et on découvre certains aspects d’eux, on les voit évoluer. Et on voit comment leur perception du passé a changé. Je ne vous mentionnerai aucune scène (même si une m’a fait éclate de rire et texter les copines, hilare…) mais j’avoue qu’il y a des choses que je ne croyais pas trouver dans Proust. J’ai été fort intéressée en voyant la guerre par le regard de Proust. J’ai tout aimé. Et il a passé trop vite. Vraiment trop vite. J’en aurais voulu encore.
   
   Comme je disais, il va falloir que je le relise, un jour, quand j’aurai grandi encore un peu. Et je garderai en mémoire l’art qui émerge quand le passé devient partie intégrante du présent.
   
   Magistral.
   
   
   Récapitulatif À la recherche du temps perdu:
   
   Du côté de chez Swann
   Partie 1 : Combray
   Partie 2 : Un amour de Swann
   Partie 3 : Noms de pays: le nom
   
   À l'ombre des jeunes filles en fleurs
   Partie 1 : Autour de Mme Swann
   Partie 2 : Noms de pays : le pays
   
   Le Côté de Guermantes I et II
   Sodome et Gomorrhe I et II
   La Prisonnière
   Albertine disparue
   Le Temps retrouvé

critique par Karine




* * *