Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L’insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera

Milan Kundera
  L'art du roman
  Risibles amours
  La Plaisanterie
  L'ignorance
  L'immortalité
  L’insoutenable légèreté de l’être
  La fête de l’Insignifiance

Milan Kundera est un écrivain d'origine tchécoslovaque, né à Brno en 1929.
Il vit en France de puis 1975 et a obtenu la nationalité française en 1981.

L’insoutenable légèreté de l’être - Milan Kundera

Quand le roman se combine à l’essai...
Note :

   "Belle du Seigneur" m’avait fait cet effet. Un peu d’agacement au début, mais intrigué toujours. Puis pris au jeu et cet ébahissement de se dire qu’un chef d’œuvre, quelque chose de définitif et d’indiscutable, peut avoir cet aspect-là, comme un qui serait déçu de voir la forme qu’aurait pris un dieu descendu sur terre, une forme humaine forcément décevante mais un dieu quand même. C’est un peu ça.
   
   C’est que Milan Kundera ne lésine pas sur les digressions et les introspections. L’une nourrissant l’autre et réciproquement. Le plus étonnant c’est qu’il arrive à nous coller une base d’histoire pour servir tout cela et pas qu’une petite histoire puisque se déroulant en Tchécoslovaquie à l’époque maudite, en 1968, quand l’URSS faisait rouler ses blindés dans Prague ébahie. Normalisation disaient-ils...
   
   Je suis persuadé que c’est le genre d’œuvre qu’on peut lire, puis relire et éprouver chaque fois des sensations différentes, y discerner des intentions différentes. Que dire alors d’un lecteur à un autre ?! C’est probablement l’auberge espagnole du roman-essai. Chacun peut bien y prendre ce qu’il croit y trouver et tous, probablement, nous n’en prenons qu’une petite partie. Nous créons le reste sous l’injonction de Milan Kundera à penser, à introspecter.
   
   Ca passe par le biais de quelques personnages, principalement Tomas, Tereza et Sabrina, délicatement placés par l’auteur dans le contexte d’une Tchécoslovaquie écartelée entre sa soif de liberté, tournée vers l’Occident et les rudes contingences du "Grand Frère" soviétique. A l’un des moments les plus dramatiques de son histoire donc ; la répression du "Printemps de Prague". L’occasion pour Kundera de digressions philosophiques innombrables sur la vie, l’amour, la frivolité, le sens du sérieux... Le nombre de problématiques, apparentes ou cachées, soulevées est réellement impressionnant. C’est un livre à penser. Et penser que la légèreté peut être insoutenable, la légèreté de l’être... Quel titre !

critique par Tistou




* * *