Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'heure d'or de William Nicholson

William Nicholson
  Quand vient le temps d'aimer
  L'intensité secrète de la vie quotidienne
  L'heure d'or

William Nicholson est un écrivain, scénariste et réalisateur britannique né en 1948.

L'heure d'or - William Nicholson

On ne fait pas ce qu'on veut
Note :

    "La vie ne dépend peut être pas de toutes les décisions qu'on prend. Il y a tout un monde autour de nous. Nous nous faisons pousser, bousculer, que nous le voulions ou non. Nous sommes peut être comme des feuilles qui virevoltent au gré du vent. Nous allons là où on nous envoie."
   

   Un été chaud dans le Sud de l'Angleterre (on ne ricane pas), un paysage champêtre et un couple de quinquagénaires, Henry et Laura, qui décide d'organiser un dîner samedi en huit pour réunir voisins et amis. Les invitations sont lancées mais les remous, les interrogations et les remises en question des uns et des autres vont peut-être faire capoter l'harmonie dont rêve Laura.
   
   Comme dans les précédents romans de William Nicholson, nous trouvons une galerie de portraits plus vrais que nature, (de l'adolescente qui s’amourache d'un garçon fascinant, mais sans doute nocif, à la trentenaire qui freine des quatre fers à l'idée de s'engager, en passant par le sexagénaire qui veut changer de vie) mais toujours emplis de bienveillance.
   
    Les rebondissements de l'intrigue sont plus liés à l'évolution psychologique des personnages et elle se fait tout en finesse. Ainsi on sent que l'auteur a autant de compassion pour la vieille mère tyrannique que pour la fille tyrannisée et il parvient à nous brosser de l'une comme l'autre des portraits nuancés. Quant au scénariste ulcéré qui découvre inopinément que son scénario est retravaillé par un autre, la confrontation avec son rival prendra une tournure beaucoup plus enrichissante que prévue.
   
   Tous nous deviennent proches et l'on se sent plein de gratitude à l'idée d'avoir partagé ce repas. Un bon gros roman confortable comme on les adore !
   
   411 pages piquetées de marque-pages.
   
   PS : L'heure d'or est celle qui précède le coucher du soleil et qui donne une lumière très particulière.

critique par Cathulu




* * *