Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une fille parfaite de Mary Kubica

Mary Kubica
  Une fille parfaite
  Ton dernier mensonge

Une fille parfaite - Mary Kubica

Efficace et prenant
Note :

   Mia est kidnappée un soir par Colin, un inconnu qu’elle rencontre dans un bar et qu’elle suit, pensant juste passer la soirée avec lui. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que Colin s’est vu remettre une somme d’argent pour l’enlever, dans le but d’amener la jeune femme aux commanditaires de l’opération. Mais pour des raisons inexpliquées, il ne la remet pas aux ravisseurs.
   
   L’inspecteur Gabe est chargé de l’enquête, et il rencontre très souvent la mère de Mia, qui a appris la disparition de sa fille par un coup de fil. Une de ses collègues s’étonne en effet de ne pas la voir dans l’école où elle enseigne comme professeur de dessin. Cette mère au foyer est catastrophée par la nouvelle.
   
   Peu après nous apprenons que Mia est sortie "indemne" de ce rapt, enfin indemne si on veut car elle rentre traumatisée, ne prononçant pas un mot, se révélant incapable d’expliquer ce qu’il s’est passé et disant s’appeler Chloé.
   
   Ce récit à trois voix nous fait alterner entre l’avant et l’après. L’enquête progresse tout au long du livre et ce n’est que dans les toutes dernières pages qu’on saura pourquoi elle est dans cet état, et les raisons qui font qu’elle a oublié sa précédente identité. Les trois récits sont portés par Gabe, le policier chargé du dossier, qui ne ménage pas sa peine pour le résoudre et pour ce faire, rentre progressivement dans l’intimité de la famille. Puis par Eve, sa mère, qui semble bien plus perturbée que son mari, juge renommé, par la disparition de sa fille, et enfin Colin, le kidnappeur, dont on a du mal à comprendre les mobiles. On s’attache à tous ces personnages complexes. Les fils vont se dénouer progressivement et le suspense est maintenu jusqu’à la fin de ce thriller psychologique efficace et prenant.

critique par Éléonore W.




* * *