Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Abahn Sabana David de Marguerite Duras

Marguerite Duras
  L'amant de la Chine du Nord
  Détruire dit-elle
  Dix heures et demie du soir en été
  India Song
  Moderato Cantabile
  La douleur
  Le ravissement de Lol V. Stein
  Un barrage contre le Pacifique
  Emily L
  Les petits chevaux de Tarquinia
  Hiroshima mon amour
  Abahn Sabana David
  Ecrire
  Les yeux bleus cheveux noirs
  L'amant
  Le Vice-Consul
  Yann Andréa Steiner
  Le square

AUTEUR DES MOIS DE FEVRIER & MARS 2007

Marguerite Duras est née Marguerite Donnadieu, en 1914 en Indochine alors française, de parents enseignants.
Elle y vivra (à part une courte interruption à la mort de son père en France métropolitaine) jusqu’en 1933 où, munie de son baccalauréat, elle regagnera la métropole pour y poursuivre ses études.
Résistante pendant la seconde guerre mondiale, elle verra son mari déporté. A la libération, elle s’inscrira au Parti Communiste Français dont elle sera exclue quelques années plus tard.


Auteur extrêmement prolixe, elle écrit des romans, des pièces de théâtre, des adaptations cinématographiques, s’inscrivant dans le renouvellement de ces modes d’expression à cette époque.
Sa vie fut marquée par son assujettissement à l’alcool qu’elle ne niera jamais et évoque au contraire dans « La Vie matérielle. »
Elle est morte à Paris en 1996 et est enterrée au cimetière du Montparnasse.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Abahn Sabana David - Marguerite Duras

Un drame à l'enjeu bien énigmatique
Note :

   C'est un roman étrange que celui-là. Un texte que l'on aurait volontiers imaginé sous la forme d'une pièce de théâtre plutôt que d'un roman, et qui m'a d'ailleurs rappelé par moments le théâtre de Bernard-Marie Koltès (sans atteindre toutefois à sa sombre violence). Koltès et les démons qu'il a évoqués avec tant de force dans "Combat de nègre et de chien" : racisme, déchéance, exploitation, manipulation...
   
   "Abahn Sabana David" tient tout entier en une série de dialogues, en l'espace d'une nuit dans une ferme isolée, comme hors du monde et hors de tout contexte. On y devine confusément un débat idéologique, les combats souterrains d'un groupe de résistants ou de partisans. On y pressent confusément une menace mortelle. Un drame menace, mais ses enjeux restent incertains, flous, ils ne sont jamais nommés, couchés noir sur blanc sur le papier. Dans cette atmosphère de mystère soigneusement entretenue, les personnages, et le roman avec eux, se désincarnent. L'ensemble devient un simple objet de curiosité, qui se lit vite, facilement, agréablement mais sans réel engagement. Définitivement énigmatique.

critique par Fée Carabine




* * *