Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La mort suspendue de Joe Simpson

Joe Simpson
  La mort suspendue

La mort suspendue - Joe Simpson

Force mentale
Note :

   La plupart du temps, les histoires vraies sont moins crédibles que les fictions les plus délurées. Et il faut se forcer à y croire puisque telle est la réalité.
   Dans le cas de Joe Simpson, on doit faire un effort d’imagination assez savoureux.
   
   Son chemin de croix a des ressemblances avec ce qui est arrivé à Aaron Ralston, qui se retrouva isolé de toute présence, le bras droit coincé par un rocher et il n’aura d’issue que de se trancher son propre membre. Oups! Moi qui tourne de l’œil à la moindre prise de sang…
   
   Dans le cas Simpson, il n’est pas empêché, seulement donné pour mort par son compagnon de cordée, le genou en miettes, au fond d’une crevasse. Cependant, sa chance sera de pouvoir s’extirper du gouffre de glace non par le haut mais par le bas. Commence alors une lutte dans une marche (si l’on peut qualifier de telle cette reptation obstinée et trébuchante) vers la vie. La seule issue.
   
   Ce qui m’a toujours étonné, renversé et choqué (dans le sens supérieur du terme), c’est cette capacité qu’a le corps humain à résister à l’horreur absolue (prise d’otage, emprisonnement, camps d’extermination dans les cas ultimes) ou aux conditions inhumaines certaines (voyage aux pôles, tribulations dans les jungles les plus inextricables, traversées de déserts assurément mortels), voire de stress psychologique intense. Bon, n’allez pas tenter le diable pour autant, histoire de vérifier cette théorie imprécise : le corps s’adapte, certes, mais uniquement lorsqu’il est guidé, soulevé par un mental en acier. Car tout ces personnages, héros d’aventures modernes, ont un point en commun : ils y croient. En quoi? Bonne question!
   
   On ne peut s’empêcher alors de faire le parallèle avec des luttes moins spectaculaires mais tout aussi dignes, contre la maladie, le cancer, la mort. Il faut une volonté morale pur jus pour combattre. Nous ne sommes pas tous égaux devant ces obstacles apparemment insurmontables.
   
   Bien entendu, les démons de l’esprit vont torturer le héros tout autant que la douleur physique et un terrain inhospitalier. Il va se donner des objectifs réalisables : atteindre ce rocher en une demie heure. Et recommencer encore et encore. Continuer. Poursuivre. Ne jamais désespérer. Lutter contre les éléments. Lutter contre soi et cette envie irrésistible de tout lâcher, de s’endormir profondément. Définitivement.
   
   "La mort suspendue" est donc le récit brut de cette volonté absolue. Elle fait suite à six chapitres de narration d’alpinisme, histoire de planter le décor, mais qui peuvent être esquivés par ceux/celles dont les précisions techniques rebutent. On n’y perdra que cette relation de cordée qui unit le sort (le destin?) de deux hommes. Etrange de penser que le même objet peut être à la fois un instrument de mort (pendaison) et de vie, de secours.
   ↓

critique par Walter Hartright




* * *



Page turner pour sports d'hiver
Note :

   Présentation de l'éditeur:
   
   "Joe Simpson et Simon Yates, deux jeunes alpinistes britanniques, tentent la première et ambitieuse ascension de la face ouest du Siula Grande dans les Andes du Pérou. Ils atteignent le sommet, mais c'est à la descente que se produit le drame. Dans la tempête, Joe tombe à travers une corniche de neige et se blesse gravement à la jambe. À 6 000 mètres, sur cette montagne isolée du monde, il n'a aucune chance de s'en sortir. Il le sent. Et Simon sait qu'en voulant porter secours à son compagnon, il n'en réchappera pas non plus. Que se passe-t-il dans la tête d'un homme condamné à trancher la corde au bout de laquelle est suspendue la vie de son ami? À quoi peut penser celui dont l'existence ne tient plus qu'à un fil? Comment peut-on trouver la force de lutter encore, contre toute raison, alors que la mort semble déjà avoir gagné?Cette expérience effroyable et exceptionnelle, Joe Simpson l'a racontée dans un livre (Touching the void) traduit en une quinzaine de langues et devenu un best-seller international. "
   
   
   Partie pour 2 semaines dans les Alpes, j'avais fait le plein de bouquins mais notre camping ayant une bibliothèque si irrésistiblement vintage (une collec' de Bibliothèque Rose impressionnante!), je me suis retrouvée à lire "La Mort suspendue" de Joe Simpson (1988, chez France Loisirs je pense...): un récit de survie en montagne que je n'avais jamais eu l'occasion de lire.
   
   Comment dire? c'est un livre qu'on ne peut plus lâcher, une aventure humaine qu'on ne souhaite à personne. Pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire, deux alpinistes s'attaquent à un sommet invaincu des Andes, malheureusement tout ne se passe pas comme prévu. Bref, ils auraient pu mourir à peu près 30 fois chacun, mais non. Plus qu'une aventure sportive, ce qu'a vécu Joe Simpson dépasse presque la condition humaine. Si vous avez l'occasion de voir le film, regardez-bien les bonus. Ce qu'ils ont vécu les a changés à tout jamais, et à notre échelle, cela nous donne un autre regard sur la souffrance.

critique par Petit Sachem




* * *