Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La part des flammes de Gaëlle Nohant

Gaëlle Nohant
  L'ancre des rêves
  La part des flammes
  Légende du dormeur éveillé

Gaëlle Nohant est une écrivaine française née en 1973 à Paris.

La part des flammes - Gaëlle Nohant

Inspiré d'un fait divers
Note :

   Mai 1897
   
   Une grande vente de charité a lieu à Paris à la fin de 19ème siècle. Un événement mondain annuel qui dure trois jours et auquel souhaite participer tout le gratin de l'aristocratie. La duchesse d'Alençon recrute deux femmes pour l'assister : Violaine de Raezal, une très belle veuve à la réputation sulfureuse et Constance d'Estingel, une jeune femme qui vient de rompre brutalement ses fiançailles. Mais un gigantesque incendie change la donne : la duchesse d'Alençon trouve la mort, et Constance, grièvement blessée, est défigurée par de nombreuses blessures.
   
   On m'avait dit beaucoup de bien de ce roman et je n'ai pas été déçue. Il s'inspire d'un fait divers, l'incendie du bazar de la charité en 1897 à Paris, que pour ma part je découvre. La romancière arrive à bien restituer l''ambiance de l'époque, et on se croirait un peu dans "Au bonheur des dames" de Zola. Tout le monde s'agite pour participer à cette vente, on sent une vraie effervescence. Mais ce livre offre aussi une grande part de romanesque, car de folles rumeurs circulent : on dit que les hommes auraient piétiné les femmes pour sortir du brasier, provoquant ainsi la mort de certaines*.
   
   Ce roman historique prenant offre de très beaux portraits d'hommes et de femmes, pris dans la tourmente. Plébiscité par de nombreux libraires, il fait place aux sentiments, à l'amour, à l'amitié, aux rivalités, sur fonds d'entraide et de bassesses. Un très bon moment de lecture.
   
   
   * Chiffres officiels de l'incendie du bazar de la charité = 124 victimes (118 femmes et 6 hommes) Le hasard ne peut pas être seul responsable.

critique par Éléonore W.




* * *