Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Fugueurs de Glasgow de Peter May

Peter May
  L'île des chasseurs d’oiseaux
  Meurtres à Pékin – 1
  Série chinoise – 2-3-4-5-6
  L'Homme de Lewis
  Jeux mortels à Pékin - 5
  Le braconnier du lac perdu
  L'île du serment
  Les Fugueurs de Glasgow
  Terreur sur les vignes

Peter May est un scénariste de télévision et romancier écossais né en 1951.

Les Fugueurs de Glasgow - Peter May

Fugue en ré mineur
Note :

   Titre original : Runaway, 2015
   
   Londres : Le prologue nous met en présence d’un homme âgé Simon, qui revient de l’étranger ; il n’a pas le sou, et a dû s’exiler longuement, recherché pour on ne sait quoi... il voit arriver un autre homme qu’il reconnaît ; qui l’assassine…
   
   Glasgow : Jack vient visiter son ami Maurie à l’hôpital ; ce dernier est bien mal en point et lui apprend qu’un homme a été assassiné à Londres ; cet homme ils le connaissaient tous les deux Simon Flet, acteur de son état, ils l’avaient maintes fois croisé à Londres 50 ans auparavant.
   
   Nous sommes en 2015.
   
   Maurie croit savoir la vérité sur cette sombre histoire à laquelle ils furent mêlés tous deux et d’autres amis à l’âge de 17 ans lorsqu’ils fuguèrent de Glasgow, pour tenter leur chance à Londres comme groupe de rock.
   
   Bientôt le groupe (du moins une partie) se reforme et cherche à gagner Londres sous la direction de Maurie dont c’est le dernier voyage. Le groupe, c’est maintenant Jack qui rêvait d’être rocker et a passé toute sa vie au guichet d’une banque, Dave qui fut plombier et est resté porté sur la boisson. Seul Maurie avait réussi à devenir avocat, mais il a détourné des fonds et fait de la prison…
   
   Ils sont conduits par le petit fils de Jack, Ricky, un garçon de vingt ans qui s’est trouvé malgré lui entraîné dans l’aventure. Comme il passait ses journées devant une console de jeu et ne sortait jamais, le voilà un peu déboussolé.
   
   En parallèle à cette équipée de vieux messieurs (de 67 ans, mais il font plus âgés…) Jack se souvient de leur fugue cinquante ans plus tôt. A cette époque, il y avait Luke, un bon élève, qui fuyait ses parents Témoins de Jéhovah et la vie qu’ils lui faisaient mener ; et Jeff, déjà parti du lycée, qui travaillait dans un garage, et avait volé une fourgonnette pour leur échappée. Jack et Dave jouaient de la guitare, Maurie chantait, Jeff tenait la batterie, et Luke le piano.
   
   Tous avaient 17 ans en 1965, tous avaient plus ou moins de raisons de fuir quelque chose…
   
   1965 : l'aventure commence mal! ils rejoignent Leeds où Maurie veut prendre au passage sa cousine Rachel, la sauver d' un sale type dangereux. S’en suit une héroïque poursuite à travers les égouts de la ville en particulier.
   
   Arrivé à Londres le groupe réussit à avoir un petit job ; arrêter les voitures pendant que l’on enregistre le célèbre Don’t Look Back le documentaire sur et avec Dylan.
   
   Puis leur employeur improvisé, Le Dr Robert les emmène dans sa luxueuse maison, les loge dans son sous-sol et les embauche à Victory Hall : c’est une institution qui accueille des malades mentaux et les traite selon les préceptes de l’antipsychiatrie. Le petit groupe est censé divertir les malades et se joindre à eux en jouant et dansant ; le psychiatre nommé ici JP Walker est inspiré de Ronald Laing semble-t-il ; dans la patiente Alice, qui entame une régression spectaculaire, on reconnaît Mary Barnes (si l’on a lu « Mary Barnes un voyage à travers la folie » ) ou quelqu’un qui lui ressemble fortement. Les garçons tentent de se faire à cette drôle de vie...
   
   Ce roman est un peu long, mais globalement il est divertissant, l’humour y croise la tragédie : surtout l’équipée de 1965 est bien vue ; celle de 2015, des vieux messieurs conduits par Ricky et organisée par Maurie est moins vraisemblable…);
   
   Le personnage de Maurie me semble vraiment tordu bien que dans le roman il passe pour un héros. Si vous avez lu le roman donnez-moi votre avis sur ce personnage.
   ↓

critique par Jehanne




* * *



On perd le souffle, avec l'âge
Note :

   Autant j'ai été séduit par ma première lecture d'un roman de Peter May (L'Homme de Lewis), autant ce roman ne m'a pas vraiment emballé. Comme un exercice de style ou un reportage journalistique dans une histoire qui ne m'a pas convaincu.
   
    Pourtant le "pitch" est aguicheur: Il y a 50 ans environ puisque l'action se déroule en 1965, 5 copains dans le vent, tous musiciens, organisent un départ en forme de fugue (puisqu'ils sont mineurs) et tentent l'aventure musicale à Londres. Ils ont formé un groupe de rock appelé "The Shuffles" qui fait des reprises, en particulier des Beatles. Evidemment (ou pas), tout ne se déroule pas comme prévu lors de leur voyage et ces jeunes garçons ne se retrouvent pas autant dans le vent que d'autres contemporains plus talentueux... Outre les problèmes d'argent, il y a les problèmes de cœur, de drogue et ils sont l'appât des mauvaises rencontres. Et puis, et puis, puisque nous lisons un policier, un crime est commis avant l'éclatement du groupe.
   
    2015 donc 50 ans plus tard, 3 vieux briscards de la bande tentent à nouveau l'aventure pour donner des explications à cette histoire. Un crime, un autre, vient d'être commis et l'on va reprendre une deuxième fois le chemin de Londres avec le groupe en partie reconstitué. Certes, c'est assez rocambolesque puisque les "vieux" héros sont un tantinet arthrosés: Jack, le narrateur, embarque son neveu pour conduire la deuxième équipée; Dave s'extirpe de son triste contexte social en tentant de contrôler son alcoolisme chronique; Maurie, quant à lui, est en phase terminale et va devoir s'échapper en fauteuil roulant de l'hôpital pour intégrer le groupe (la scène de l'évasion a un côté très "club des cinq" !)... tout est prêt pour revivre le passé...
   
    De chapitre version ado en chapitre version senior donc, on va suivre les héros dans leurs voyages à travers l'Ecosse et l'Angleterre. Et bien que le livre soit assez intéressant puisqu'il dépeint à 2 époques différentes, le Royaume-Uni avec l'engouement musical des sixties et le côté social (Peter May fait un peu penser à Ken Loach), je l'ai trouvé vraiment pauvre au niveau de son intrigue. Je n'ai jamais vraiment adhéré à ces personnages trop convenus et caricaturaux. La fin, quant à elle, est poussive et un peu mièvre... c'est vraiment tiré par les cheveux !

critique par Laugo2




* * *