Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une affinité véritable de Saul Bellow

Saul Bellow
  Herzog
  La bellarosa connection
  L'homme de Buridan - ou- Un homme en suspens
  Les Aventures d'Augie March T1
  Les Aventures d'Augie March T2
  Au jour le jour
  Mémoires de Mosby et autres nouvelles
  La planète de M. Sammler
  Le don de Humboldt
  Le cœur à bout de souffle
  Un larcin
  En souvenir de moi
  Une affinité véritable
  Ravelstein

Saul Bellow est un écrivain canadien-américain d'origine judéo-russe. Il est né en 1915 à Montréal et décédé en 2005 aux Etats Unis. Il obtint le National Book Award, le Prix Pulitzer et le Prix Nobel de littérature (en 1976).

Une affinité véritable - Saul Bellow

Sweet home Chicago
Note :

   Titre original : The Actual, 1997
   
   Après l'étude du chinois et un séjour en Birmanie, Harry est revenu à Chicago "lieu de [s]es racines affectives" pour ouvrir une boutique d'antiquités qui lui donne la réputation de connaisseur de l'Orient et lui donne accès à la meilleure société. À l'occasion d'un dîner en ville, il fait la connaissance d'un vieux milliardaire, Sigmund Adletsky. Peu après il retrouve Amy, renouant avec une vieille complicité datant de leur adolescence. C'est d'ailleurs Adletsky qui contribue à les rapprocher : il apprécie l'esprit et la conversation d'Harry et il fait appel à Amy pour ses connaissances en matière d'art et de décoration. Développant son rôle de pygmalion, il pousse même Harry à accompagner Amy lors d'un délicat rendez-vous au cimetière juif. Dès lors Amy et Harry sont bien conscients qu' "une affinité véritable" les réunit.
   
   Ce court roman montre comment Saul Bellow mêle habilement les conversations de ses personnages à un récit à la première personne et le tout est mené sur un rythme assez vif. Au fil du texte, on savoure les succulents portraits des personnages, dont beaucoup sont juifs comme généralement chez Bellow. L'écrivain s'attarde particulièrement sur Adletsky — devenu nonagénaire, "il faisait une percée dans la compassion, un domaine nouveau pour lui" — et plus encore sur Amy, "sa famille était convenable, des Juifs germanophones d'Odessa éduqués au gymnasium". Elle est veuve de Jay, un avocat mondain spécialisé dans les divorces, à commencer par celui de son épouse : il a enregistré sur bande magnétique les confidences intimes et les ébats sexuels qu'elle eut avec un amant new-yorkais. Jay était par ailleurs un lecteur superficiel qui ne lisait que le premier chapitre des ouvrages qu'il achetait, juste pour en retenir une ou deux citations marquantes à l'intention des femmes qu'il séduisait. Le couple que forment Bodo et Madge donne également lieu à de belles descriptions : lui, l'industriel du jouet, a épousé une seconde fois sa femme après l'avoir tirée de prison où une tentative d'assassinat sur son mari l'avait conduite. Madge a aussi un truc infaillible pour avoir un entretien en privé avec Amy : arroser sa jupe de thé en faisant semblant d'avoir oublié ses verres de contact !
   
   L'intrigue ne donne pas l'impression d'être très structurée, elle paraît avancer en zigzag, mais en fait elle conduit presque fatalement à une happy end bien que cela se passe dans un cimetière de Chicago.
   ↓

critique par Mapero




* * *



Sans affinité
Note :

   Tout Prix Nobel qu’il soit, Saul Bellow a commis ici un roman qui, je dois le dire, m’a laissé au mieux de marbre.
   
   Etais-je si fatigué ce jour-là que je sois passé à côté d’un chef-d’œuvre ? Pas si sûr, sans forfanterie de ma part.
   
   Rien, à bien y penser, pour racheter ce roman dont le traitement m’a semblé d’une totale confusion. Un style anodin, une absence de spiritualité alors que la situation (un original qui rachète une concession et qui se fait enterrer aux côtés de sa belle-sœur dans la haute société new-yorkaise) s’y prêtait.
   
   Le lecteur, baladé sans transition d’un personnage à l’autre, d’un lieu à un autre est immédiatement perdu dans un fatras romanesque où, bientôt, on ne retrouve plus ses petits.
   
   Il n’existe pas la moindre aspérité qui mérite de racheter ce très court roman, ce qui constitue là son seul intérêt.
   
   Bref, je n’ai pas aimé, et j’assume !

critique par Cetalir




* * *