Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les contes des mille et une nuits de Collectif

Collectif
  Ce que je ne sais pas
  Le musée de l'art
  Hontes
  A table!
  Dès 06 ans: Mes 66 plus belles poésies
  11 femmes, 11 nouvelles
  Les aventures de Jean Conan
  Les cent ans de Dracula
  L'ombre du mur, Chroniques du mur de Berlin
  Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France
  Dès 06 ans: Coffret de contes
  La France des écrivains - Guide Gallimard
  Anthologie, Les Femmes Vampires, de 1823 à 1905
  Poèmes de Paris: Une anthologie à l’usage des flâneurs
  Romans grecs et latins
  Dès 02 ans: Enfantilles
  Dès 10 ans: La revue Dada
  Beowulf
  Dès 08 ans: Mon premier Larousse de l'histoire
  Le Monde de George Sand
  Dès 10 ans: Contes et légendes Nathan
  La plus belle histoire des femmes
  Luc Tuymans
  Les Fantômes des Victoriens
  Dès 08 ans: Magritte, le double secret
  Révolutions animales
  Dès 01 an: Mes plus belles berceuses jazz
  Voyages en train
  La Quête du Saint Graal
  L'une et l'autre
  Séoul, vite, vite !
  Les contes des mille et une nuits
  Dictionnaire des mots manquants
  Déflagrations
  Beyrouth noir
  Les Avatars de Sherlock Holmes

Les contes des mille et une nuits - Collectif, Joseph Charles Mardrus

Nuits chaudes
Note :

   Traduction : Joseph Charles Mardrus
   
   Certaines histoires sont tellement connues, ressassées, répétées, ruminées, remâchées, parfois trahies qu’on a l’impression de les connaitre par cœur. On se trompe sur toute la ligne.
   Comme tout un chacun, je connais le principe utilisé par Schahrazade (Shéhérazade) : l’invention du roman-feuilleton pour échapper à une mort certaine. Elle entame ainsi une histoire qui doit se poursuivre la nuit suivante et ainsi de suite, telle Pénélope faisant et défaisant sa tapisserie.
   Voilà pour le fond.
   
   On a tous entendu parler de Sinbad, d’Ali-Baba, d’Aladin. On pense connaitre leur histoire. C’est compter sans le pillage successif que ces légendes ont dû subir, tout comme les contes de Grimm ou d’Andersen payèrent un lourd tribu à leur épuration par Disney.
   
   Il existe évidemment plusieurs traductions (je préfère utiliser le mot interprétation, comme pour les textes sacrés d’une certaine façon) et j’ai eu le bonheur de tomber sur, sans doute, la plus exubérante, à défaut d’être (soit disant) la plus fidèle. Mardrus est un ami d’André Gide et, à la fin du XIX° siècle il entend publier en 16 volumes ces contes arabisants. Il en conserve toute la poésie, expurgée de la traduction d’Antoine Galland qui sert souvent de référence, mais dont on reproche un classicisme quelque peu suranné.
   
   La première impression qui surprend, c’est cette sensualité, un érotisme qui transpire au fil des aventures de personnages enchâssés : Schahrazade raconte le récit d’un vizir qui relate lui-même les aventures d’un chambellan qui tient une anecdote d’un syndic qui se rappelle un fait conté par un riche marchand… Cette mise en abime nous fait parfois perdre pied. On est étourdi. L’exubérance et le faste typiquement oriental ajoute à ce vertige. En parcourant, pardon, en s’immergeant dans cet univers, on a parfois l’impression de se trouver dans une pièce qui étouffe sous une armée de bibelots, aux murs tapissés d’une multitude de tableaux trop riches, aux cadres démesurés et, particulièrement, des bouquets de fleurs aux parfums trop capiteux. On en aurait mal à la tête. Mais surmonté ce passage obligé, l’exotisme prend toute la place. On devient un voyageur, un explorateur mais nullement un touriste.
   
   Outil idéal pour combattre l’insomnie, ces 1001 nuits s’étendent sur plus de 2000 pages dans la collection "Bouquins" dont on connait la densité et l’étroitesse des caractères. Un seul regret pour celles et ceux qui désireraient dévorer ce pavé à la manière d’épisodes (chaque "nuit" équivaut à une lecture de quelques minutes seulement), le découpage est mal agencé, lorsqu’il ne saute pas carrément plusieurs nuits de suite (le traducteur explique que le découpage original n’offrait pas assez de texte pour motiver une nuit entière).

critique par Walter Hartright




* * *