Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dans les murs - Les rats, de la grande peste à Ratatouille de Zineb Dryef

Zineb Dryef
  Dans les murs - Les rats, de la grande peste à Ratatouille

Dans les murs - Les rats, de la grande peste à Ratatouille - Zineb Dryef

Rat, mon ami !
Note :

   Zineb s’installe avec son homme dans un appartement parisien où elle entend des bruits de grattements dans les murs. Tout de suite elle imagine qu’elle est en présence de rats et cela l’incite, après moult mails au syndic et moult appels au dératiseur, à s’intéresser à l’animal de plus près.
   
   Commence alors une longue quête du rat à travers les âges. Tout le livre réside dans son intérêt documentaire, raconté par une journaliste qui a bien potassé son sujet. On apprend des choses, non seulement comment se déclare la peste mais aussi comment chasser le rat, où il vit, ce qu’il aime manger, comment on l’utilise non seulement dans les laboratoires mais aussi, à une certaine époque dans les ratodromes, sortes de hangars où se déroulaient des combats à mort entre les rats et les chiens. Une grande partie de l’histoire de Paris y passe depuis la peste moyenâgeuse dont les derniers cas remontent aux années 1920 jusqu’au siège de Paris par les Prussiens en 1870 lorsque les habitants commencèrent à accommoder le rat dans leurs plats du jour.
   
   Cette descente aux égouts est fascinante, comme le rat l’est dans nos consciences. Il est heureux de constater qu’avec la création des égouts, l’animal s’y confine et a même trouvé son milieu idéal. Mais s‘il peut ressurgir en surface, quand celle-ci manque d’étanchéité, par un trou, une fente ou une fissure, il faut savoir qu’il ne se gêne pas, surtout qu’à proximité des hommes, il sait qu’il trouvera toujours de la nourriture.
   
   Tout y passe pour chasser les rats, depuis cette boutique parisienne toujours en pleine activité et qui fut fondée au XIXème siècle par l’inventeur de la tapette à souris jusqu’à cette entreprise qui forme des chasseurs de rats. Les pièges sont nombreux et pas toujours efficaces. Pendant ce temps, dans l’imagination de notre auteur, le rat a fait son chemin à tel point que son entourage la prend presque pour une folle. Seule la dernière phrase donne la clé de l’énigme.
   Exergue d’un chapitre :
   "Si le rat avait eu la dimension du tigre, ce n’est pas l’homme qui serait le roi de la création" Lacaze-Duthiers.

   Je veux bien. Mais le tigre est proportionnellement aussi puissant qu’un rat et peut-être pas plus idiot. Avec des "si…"
   En tout cas, je n’ai pas lâché ce livre du week-end.
   J’ai eu aussi affaire avec un rat il y a peu.

critique par Mouton Noir




* * *