Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le lagon noir de Arnaldur Indridason

Arnaldur Indridason
  La Voix
  La femme en vert
  L'homme du lac
  Hiver arctique
  La Cité des jarres
  Hypothermie
  La rivière noire
  La muraille de lave
  Étranges rivages
  Le livre du roi
  Le Duel
  Les nuits de Reykjavik
  Opération Napoléon
  Le lagon noir

Arnaldur Indridason est un écrivain islandais né en 1961 à Reykjavík.
Diplômé d'histoire, il fut journaliste, scénariste, critique de cinéma avant de vivre de ses romans policiers.


Ordre réel des romans de la série du commissaire Erlendur Sveinsson
("réel" car la traduction ne s'est pas faite dans l'ordre)

1- Synir duftsins (1997) - Inédit en français

2- Dauðarósir (1998) - Inédit en français

3- Mýrin (2000)- La Cité des Jarres

4- Grafarþögn (2001) - La Femme en vert

5- Röddin (2002) - La Voix

6- Kleifarvatn (2004) - L'Homme du lac

7- Vetrarborgin (2005) - Hiver arctique

8- Harðskafi (2007) - Hypothermie

9- Myrká (2008) - La rivière noire

10- Svörtuloft (2009) - La muraille de lave

11- Furðustrandir (2010) - Étranges rivages

12- Einvígið (2011) - Le duel

13- Reykjavíkurnætur (2012) - Les nuits de Reykjavik

Le lagon noir - Arnaldur Indridason

Ce bon vieux (jeune) Erlendur
Note :

   Titre original: Kamp Knox
   
    Quoi! J'avais laissé Erlendur depuis L'homme du lac? La bonne nouvelle, c'est qu'il m'en reste quelques uns à découvrir, y compris Les nuits de Reykjavik où Indridason reprend son héros au tout début de sa carrière. Un prequel, tout comme ce Lagon noir, mais cela n'a finalement pas trop d'importance : Erlendur est un tout jeune policier, fraîchement divorcé, épiant sa fille chérie dans la cour de son école. Un tendre, déjà.
   
    Comme dans "Opération Napoléon", Indridason évoque l'installation des soldats américains en Islande, dans des bases plutôt fermées et suscitant des réactions diverses dans la population: retombées économiques, oui, mais sensation d'occupation aussi. Surtout qu'Américains et Islandais se côtoient fort peu.
   
    En 1979, c'est la guerre froide, l'Islande est proche du Groenland, lui-même pas loin de la Sibérie soviétique. La découverte d'un cadavre dans le lagon noir mènera Erlendur et Marion Briem à enquêter sur la base, avec toutes les difficultés imaginables; Heureusement ils seront aidés par une policière américaine.
   
    Par ailleurs, Erlendur, toujours fasciné par les histoires de disparitions (le lecteur sait qu'il pense à son frère), se penche sur celle, jamais élucidée, d'une jeune fille vingt-cinq ans plus tôt.
   
   Du polar comme on les aime, qui prend son temps (mais pas trop), des enquêteurs humains et à l'écoute, pas de détails sanglants, du psychologique (mais pas trop), rien de trépidant à user les nerfs, mais un suspense soutenu et un bon découpage. Plus une balade en Islande de ces années là et un aperçu de la cuisine (euh...)
    ↓

critique par Keisha




* * *



Cure de Jouvence
Note :

   "Erlendur et Marion s'installèrent à une table isolée. Le plat du jour était de la raie faisandée à la graisse de mouton fondue. Marion craignait que l'odeur du poisson, un mélange de moisissure et d'urine, n'imprègne ses vêtements. Erlendur ne s'en souciait guère et demanda à ce qu'on lui serve une bonne portion de raie bien aspergée de graisse, accompagnée d'une tranche de pain complet beurrée."
   

   J'attends toujours avec impatience une nouvelle enquête d'Erlendur et je dois dire que celle-ci ne m'a pas déçue. Je devrais plutôt dire celles-ci puisqu'il y en a deux.
   
   Nous sommes en 1979. Le cadavre d'un homme est découvert dans ce qui deviendra le très touristique lagon bleu. L'état de son corps laisse supposer qu'il a fait une chute vertigineuse. Il s'agit d'un ingénieur qui travaillait à la base militaire américaine de Keflavik. En ces temps de guerre froide, la présence de l'armée est diversement appréciée par les Islandais, il y a ceux qui mettent en avant les retombées économiques et ceux qui se sentent occupés. Erlendur ne cache pas son désaccord sur cette présence.
   
   L'enquête va se révéler difficile, l'armée américaine refusant de coopérer avec la police islandaise. Or, les deux enquêteurs soupçonnent assez rapidement que l'homme a été assassiné sur la base, territoire auquel ils n'ont pas accès. Par chance, ils réussiront à se faire aider par une policière américaine.
   
   En parallèle, Erlendur s'intéresse à la disparition d'une jeune fille, quarante ans plus tôt, sur le chemin de l'école. Personne n'a jamais trouvé le moindre indice et déjà obsédé par les disparitions mystérieuses, il va repartir des maigres éléments en sa possession pour tenter de comprendre ce qui a pu se passer.
   
   Chronologiquement, cet épisode se situe après "Les nuits de Reykjavik". Erlendur a donc intégré la brigade d'enquêtes criminelles sous les ordres de Marion Briem. C'est un jeune flic pas encore désabusé, mais déjà solitaire. De sa vie privée, nous saurons seulement qu'il vient de divorcer et qu'il va observer sa petite fille en catimini.
   
   C'est parfois un peu déroutant de repartir en arrière avec tout ce que nous savons d'Erlendur en homme mûr. Là, ce sont ses années de formation, il observe, apprend, fait déjà preuve de ténacité et d'empathie. Il prend le temps de suivre toutes les pistes et d'y revenir inlassablement, jusqu'à un final saisissant.
   
   J'attends déjà le suivant...

critique par Aifelle




* * *