Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les ennemis de la vie ordinaire de Héléna Marienské

Héléna Marienské
  Rhésus
  Degré suprême de la tendresse
  Les ennemis de la vie ordinaire

Héléna Marienské est une écrivaine française née en 1969.

Les ennemis de la vie ordinaire - Héléna Marienské

Le bal des accros
Note :

   Jeune psychanalyste aux dents longues spécialisée dans les problèmes d'addiction, Clarisse a eu (du moins le croit-elle) une grande idée qui lui vaudra l'admiration et l'envie de tous ses confrères : Réunir des addicts de tous genres pour tenter une thérapie de groupe. Elle pense que des dépendances différentes sont combattues par des moyens différents et que de réunir tous ces moyens pour les faire connaître à tous devrait rendre chacun plus fort contre la sienne.
   "Mon crédo : tous les addicts qui décident de participer à un groupe de parole ont déjà touché le fond et sont prêts pour l'aventure de l'abstinence. Ils ont tous des stratégies. Toutes sont différentes. Leur entraide sera du jamais-vu. Moi, je les mets en synergie. J'attends des résultats époustouflants."

   et elle en aura.
   
   Il y a un représentant de chaque : jeu, alcool, cocaïne, héroïne, achats, sexe etc. des hommes, des femmes, des jeunes, de vieux, des intellos, des primaires etc. il y a même un curé ! ils ont néanmoins tous plusieurs points communs : leur addiction a ruiné leur vie familiale, leur vie amoureuse, leur vie professionnelle, leur richesse, leur santé et les transforme tous en la même chose : une épave solitaire, malade, sans ressources, sans abri et sans appui. Ils sont tous en route vers cette destination et n'en sont même plus très loin. Cette thérapie de groupe est leur dernier espoir.
   
   Dans un premier temps, ils se découvrent les uns les autres, et le lecteur avec eux, par la même occasion. Le ton est humoristique, les situations extrêmes, et le lecteur est amené à sourire plus d'une fois des récits qui lui sont rapportés, mais on reste néanmoins un peu sur la réserve car on ne peut méconnaitre les aspects dramatiques qui sont également aperçus. L'héroïnomane et l'alcoolique sont déjà physiquement en danger. Mon avis est que cela retient un peu le rire.
   
   Evidemment, ce qui devait arriver arrive, la présentation des plaisirs défendus des autres donne à chacun plus envie d'essayer aussi, que d'idées pour arrêter, Clarisse perd totalement le contrôle et le groupe part en roue libre vers des horizons tout à fait imprévus.
   
   Et puis soudain, le récit semble considérer que le seul problème de toutes ces addictions est le fait qu'elles ruinent leurs adeptes et que, s'ils avaient les moyens de leurs démons, tout serait très bien et pourrait continuer indéfiniment (Vraiment?). Vont-ils, en se groupant, parvenir à atteindre cette solution financière qui règlerait tout ??
   
   Séduite par l'idée de départ qui me semblait originale, j'ai cheminé vers une fin plutôt banale et peu convaincante, après avoir en cours de route, beaucoup moins ri que je ne l'avais espéré. Donnés pour une situation où tout peut arriver et où chacun est capable de tout, il ne se passe rien de totalement original et imprévu. Et il y a aussi le fait que le ton reste un peu bâtard. On dirait que l'auteur n'a pas adopté franchement celui de la plaisanterie, des gags énormes, des situations vraiment comiques, des personnages caricaturés. Elle n'a pas poussé le principe au bout de ses possibilités délirantes. A partir du moment où cela garde un peu de réalisme, sur un sujet aussi sordide que l'addiction, le rire devient plus malaisé. Juste mon avis.
   ↓

critique par Sibylline




* * *



Les psy sont fous !
Note :

   "Être addict, ça ne me défrise pas. Je suis addict, et alors. Le problème, c'est de se donner les moyens de son addiction."
   

   Voici une jolie "bande d'irréductibles, d'asociaux [...] de fous furieux" réunie par une thérapeute résolue à bouleverser le monde de la thérapie en réunissant dans un groupe de parole transversal des gens de milieux sociaux très différents et accro qui au sexe, qui à la drogue, qui au sport, entre autres.
   
   Un mélange détonnant qui ne va certainement pas atteindre les résultats escomptés et ce, pour le plus grand plaisir du lecteur qui se laisse embarquer dans ce récit où l'on croise un prêtre accro à la coke, sosie du pape François, célébrant une messe inoubliable et qui m'a fait éclater de rire. Car oui, si l'on n'est pas adepte du politiquement correct, on rit et sourit beaucoup en lisant ce roman qui ose beaucoup (mais sait aussi ménager quelques délicates ellipses).
   
   Des personnage féminins très forts, qui, comme Mylène, sont des "guerrières, des ennemies de la vie ordinaire", même si au départ, elles se considèrent plutôt comme des épaves.
   
   Seul petit bémol: toutes les subtilités du poker, dont il est beaucoup question dans la dernière partie du roman, m'ont totalement échappé, mais ce n'est pas bien grave.
   
   Un roman tonique, iconoclaste et drôle.
   
   319 pages jouissives.

critique par Cathulu




* * *