Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Femmes de réconfort. Esclaves sexuelles de l’armée japonaise de Jung Kyung-a

Jung Kyung-a
  Femmes de réconfort. Esclaves sexuelles de l’armée japonaise

Femmes de réconfort. Esclaves sexuelles de l’armée japonaise - Jung Kyung-a

La BD, pour dire l'Histoire
Note :

   Présentation de l'éditeur:
   
   "Jung Kyung-a a été lauréate en 2001 du prix Korea Publishing Cartoon Competition pour son premier manga "Padam Padam", qui racontait la vie d’Édith Piaf. En 2003, le conflit en Irak la sensibilise à l’impact des guerres sur les femmes et elle commence à travailler sur Femmes de réconfort."

   
   
   Pendant la seconde guerre mondiale, le Japon, allié de l’Allemagne nazie était depuis longtemps en guerre contre les pays voisins qu’il désirait occuper. C’est pour ces soldats victorieux que plus de 200 000 femmes coréennes et occidentales, hollandaises surtout, ont été kidnappées, battues, déportées très jeunes et vierges de préférence, pour servir d’esclaves sexuelles dans les camps de l’armée japonaise. Les rares survivantes ont mis longtemps à parler et à s’organiser pour dénoncer cette vérité historique. C’est l’histoire vraie de ces "femmes de réconfort" que raconte ici la jeune coréenne Jung Kyung-a, grâce à un travail très documenté. C’est un livre d’urgence car les protagonistes, désormais très âgées, après des décennies de honte et de silence, parlent enfin de leur calvaire et revendiquent une seule chose : que la vérité soit reconnue par le pays responsable de leurs vies gâchées. Actuellement, à Séoul, devant l’ambassade du Japon, depuis 1992, tous les mercredis, sans exception, a lieu une manifestation.
   
   
   Extrait :
   
   "Ce livre est l'histoire des Halmuny, victimes de l'esclavage sexuel par l'armée japonaise, qui crient à se déchirer la voix devant l'ambassade du Japon, depuis plus de treize ans. C'est une recomposition de l'histoire de ces femmes après de minutieuses recherches documentaires. Ce n'est pas un livre d'histoire difficile à lire, grâce à l'imagination et à la créativité de la dessinatrice. Même si la Corée est libre depuis plus de soixante ans, nos Halmuny ne sont pas libérées. Toujours prisonnières des souffrances du passé, elles font encore des cauchemars, d'autant plus que l'État japonais nie officiellement toute responsabilité dans ses violations flagrantes des droits de l'homme.
    Si les jeunes comprennent la vérité de l'histoire décrite dans ce manhwa et si, à leur tour, ils transmettent cette éducation aux générations futures, alors la vérité se répandra malgré le déni du Japon et nos Halmuny connaîtront enfin la libération."

critique par Mango




* * *