Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le voyage de Ruth de Donald McCaig

Donald McCaig
  Le clan Rhett Butler
  Le voyage de Ruth

Donald McCaig est un auteur américain né en 1940 dans le Montana.

Le voyage de Ruth - Donald McCaig

La mama d'Autant en emporte le vent
Note :

   Mes filles me connaissent bien. Je leur ai raconté que dans ma prime jeunesse j'avais tellement pleuré en regardant le film "Autant en emporte le vent" que je m'étais enrhumée! Et je me souviens avoir lu et adoré le roman quand j'étais en troisième. Que celui ou celle qui n'a jamais pleuré au cinéma me jette la première pierre!
   
   Pas étonnant, alors, que le Père Noël m'ait apporté cette année, dans sa hotte, "Le voyage de Ruth : la mama d'Autant en Emporte le vent" de Donald MC Graig paru aux éditions Laffont. L'écrivain n'en est pas à son premier essai en ce qui concerne une œuvre inspirée du livre culte de Margaret Mitchell puisqu'il a déjà écrit "Le clan de Rhett Butler". Le roman est dédicacé à Hattie Mc Daniel, l'interprète de Mama, première actrice noire à avoir reçu un oscar au cinéma pour un rôle secondaire..
   
   Le récit
   Ruth, petite fille noire échappe au massacre qui a décimé toute sa famille sur l'île de Saint Domingue. Nous sommes en 1804, au moment de la révolte des esclaves contre les colons français. Elle est recueillie par un couple français, Solange et Augustin Fornier, planteurs qui parviennent à fuir l'île pour s'installer au sud des Etats-Unis, à Savannah. Solange prend en affection la petite esclave, - même si elle considère toujours que celle-ci à une valeur marchande en cas de coup dur- et en fait sa demoiselle de compagnie. Plus tard Ruth est rachetée par Jehu dont elle est amoureuse, un noir libre, très bon artisan connu dans tout le sud, qu'elle épouse. Mais celui-ci participe à une rébellion contre les blancs et est pendu. Toujours esclave, Hattie va être séparée de son enfant qui mourra loin d'elle, vendue à nouveau avant de revenir après maintes péripéties chez Solange. Après avoir survécu à la douleur de ces deux deuils, son grand amour et sa fillette, Mama est brisée et refuse d'aimer à nouveau. Elle se consacre à l'éducation de la fille de Solange, Ellen, qui deviendra la mère de Scarlett. Le roman se termine lors de la fameuse réception aux Douze Chênes quand Scarlett rencontre Rhett Butler pour la première fois, quand elle est repoussée par Ashley et qu'elle dit oui par dépit à la demande en mariage de Charles Hamilton, le frère de Mélanie. C'est à la veille de la guerre de Sécession.
   
    La Mama de Scarlett
    Dans "Autant en emporte le vent", Mama est un personnage important, c'est la nounou de Scarlett. Elle veille sur elle, lui apprend les bonnes manières, est un guide à la fois affectueux, solide et sévère mais parfois dépassée par la jeune récalcitrante. C'est une esclave qui aime ses maîtres, leur est fidèle, et semble ne se poser aucune question sur sa condition. Non seulement elle ne paraît jamais remettre l'esclavage en question mais elle a l'air d'avoir épousé les mœurs des blancs, tant au point de vue religieux qu'au point de vue des bienséances, des conventions et des codes de la société blanche. On la voit de l'extérieur par le regard des autres et elle n'a pas de vie propre, pas d'histoire. Donald Mc Graig va lui en donner une.
   
   L'idée est séduisante mais... Mais, je le dis tout de suite, le roman n'est pas au niveau de "Autant en emporte le vent", il lui manque le souffle qui confine à l'épopée, il lui manque le romantisme flamboyant qui fait de ses personnages des êtres de passion emportés par leurs sentiments et par les tempêtes de l'Histoire. Le voyage de Ruth ne transmet rien de la fougue et de l'impétuosité des personnages et son rythme est assez lent. J'ai eu du mal d'ailleurs à entrer dans l'histoire au début. J'ai regretté que le personnage de Solange soit si présent qu'il occulte celui de Ruth. Puis peu à peu, je me suis intéressée au récit. J'ai même pris plaisir à découvrir comment MC Graig mettait en place les personnages du best seller de Margaret Mitchell; comment il donnait un passé à Ruth mais aussi à Solange, la grand-mère, à Ellen, la mère, à Gérald O'Hara, le père, et enfin à Scarlett que nous connaissons petite fille, bien avant que le roman commence. Peu à peu les personnages prennent du poids et leur caractère s'affirme.
   
   Le point de vue
    Ce qui me paraît le plus réussi est le changement du point de vue, l'histoire se faisant du côté des esclaves. Ce qui évidemment n'était pas le propos de Margaret Mitchell qui écrivait un livre à la gloire du Sud. Dans la troisième partie, Mama devient narratrice, ce qui permet à l'écrivain d'aborder le personnage par l'intérieur, de nous faire découvrir son indépendance de pensée et sa lucidité en ce qui concerne les blancs. Réussi aussi le style pittoresque qui reproduit le parler populaire de Ruth et montre sa sagesse acquise au prix de beaucoup de souffrances.
   
   "Un idiot prétend savoir plus qu'c'qu'il sait. Mama prétend en savoir moins. J'savais c'qu'j'savais et j'l'ai dit à personne. C' que j'suis pas supposée voir, j'ai pas vu, mais c'que j'veux savoir j'sais. Les mamas doivent tout savoir"
   

   Au final, pas d'enthousiasme pour ce roman mais une lecture agréable.

critique par Claudialucia




* * *