Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Elles ont conquis le Monde de Christel Mouchard

Christel Mouchard
  Dès 09 ans: Devî Bandit aux yeux de fille
  Elles ont conquis le Monde

Elles ont conquis le Monde - Christel Mouchard, Alexandra Lapierre

1850-1950, les grandes aventuières
Note :

   A l’origine, un beau livre publié il y a quelques années. Aujourd’hui, il revient allégé d’une partie de son iconographie pour tenir dans la poche et permettre une révision de mes classiques. Rassurez-vous, elles sont toutes là. Alexandra David-Neel, Ella Maillard, Isabelle Eberhardt, Margaret Mead et d’autres un peu moins passées à la postérité.
   
   Ce sont de courts portraits de celles qu’on nommait "aventurières" quand ce mot recouvrait encore un aspect sulfureux.
   
   Esprit libres avant tout, elles ont pour beaucoup le point commun d’être des filles à papa et surtout d’être nées suffisamment riches pour ne pas avoir à se préoccuper de certaines contingences.
   
   Féministes, certaines le furent et le revendiquèrent. D’autres furent seulement féminines. Mais toutes ont comme point commun d’avoir bercé ma jeunesse de leurs récits, d’aventures exotiques et d’envie de connaissances des autres, de l’autre.
   
   Un bel ouvrage de synthèse mais dont la version de 2007 avec une riche iconographie prête plus encore au voyage.
   
   
   Présentation de l'éditeur:

   
   "Les grandes aventurières ne sont plus seulement des courtisanes : ce sont des conquérantes d'un type nouveau apparu dans la première moitié du XIXe siècle. Des femmes qui voulaient être géographes, botanistes, ethnologues - bref, des exploratrices à part entière ! Et elles ont conquis le monde, d'est en ouest et du nord au sud, le collet bien monté, pour que leur vertu ne soit en rien suspectée, leur corset étroitement lacé.
    Mais sous leur armure vibraient des émotions violentes, des sentiments brûlants. Et beaucoup ont vécu des amours qui, pour être secrètes, n'en furent pas moins passionnées."

critique par Le Mérydien




* * *