Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le caillou de Sigolène Vinson

Sigolène Vinson
  J'ai déserté le pays de l'enfance
  Le caillou
  Courir après les ombres
  Bistouri blues

Sigolène Vinson est une auteure française née en 1974.

Le caillou - Sigolène Vinson

Obsession de sculpture
Note :

   "Je prends mon temps pour boire mon eau gazeuse. Monsieur Colombani ne décolle pas de son tabouret, les deux jeunes hommes non plus. Leur verre vide, ils font un signe à Noël pour qu'il les resserve. Privés de cordes vocales, le un pour cent de la séquence ADN qui nous distingue du singe ne joue plus. Mais peut-être que c'est raciste de dire ça. Et je ne suis pas raciste, même si je suis restée longtemps sans voir la gueule de l'autre. En tout cas, quand j'ai besoin d'un bouc émissaire, je me regarde dans la glace et je le trouve".
   

   La narratrice, une jeune parisienne désœuvrée et paumée, se retrouve en Corse grâce à un vieux voisin décédé, Bernard, dont elle ne sait quasiment rien. A cause d'un amour malheureux, elle veut devenir aussi minérale que la pierre qu'elle sculpte inlassablement, parmi des Corses très attachés à leur île, à ses traditions, et noyés dans l'alcool.
   
   Voilà un roman déconcertant, au ton original et décalé. La narratrice vit volontairement en marge de la société et porte sur elle un regard aiguisé. Son départ pour la Corse va lui faire rencontrer des personnages tout aussi originaux, capables de l'accepter comme elle est, sans entraver son obsession de sculpture.
   
   Un changement de situation en dernière partie du roman nous précipite dans la vieillesse et ses affres. La narratrice revient sur les rendez-vous manqués de son existence, l'inadaptation de certains à la société telle qu'elle fonctionne, éclairant différemment toute l'histoire.
   
   Si l'on accepte l'étrangeté de la narration, on se laisse emporter facilement par l'imagination de l'auteure et sa petite communauté de blessés de la vie. Derrière l'étrangeté, la réflexion est là, le roman peut être lu à plusieurs niveaux, selon son envie et son état d'esprit.

critique par Aifelle




* * *