Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

B comme: Fun Home de Alison Bechdel

Alison Bechdel
  B comme: C'est toi, ma maman?
  B comme: Fun Home

B comme: Fun Home - Alison Bechdel

Une tragicomédie familiale
Note :

   J’ai pris ce roman graphique tout à fait par hasard à la biblio. J’avais peut-être entendu le nom quelque part mais je n’ai aucun, mais alors aucun souvenir d’où ou de quand. Toujours est-il que le hasard a bien fait les choses car j’ai beaucoup aimé cette autobiographie. Je pense que je suis fan des autobios en roman graphique, en fait. Je suis rarement déçue.
   
   Fun Home, c’est la maison d’enfance, certes, cette étrange demeure au style limite gothique (du moins, l’auteure le nomme ainsi) en plein milieu d’un village perdu de la campagne de l’est des États-Unis. Le père, féru de décoration, de fleurs et de restauration d’époque, en a fait un drôle de musée où ses enfants sont parfois un peu considérés comme les meubles (et les meubles comme les enfants).
   
   Mais Fun Home, c’est aussi la Funeral Home, l’entreprise familiale. Et l’histoire qui nous est racontée est celle de la relation d’Alison Bechdel avec son père tout au long de son enfance et de son adolescence, jusqu’à ce qu’il s’enlève la vie (du moins, ils supposent) à l’âge de 44 ans. Tout ça, on le sait assez rapidement dans le roman graphique. C’est aussi la découverte chez Bechdel de son homosexualité et le lien que cet aveu va créer avec son père, qui avait aussi une attirance pour les hommes (encore une fois je ne spoile rien… on le sait très tôt). C’est donc cette histoire mise en parallèle avec plusieurs œuvres phare de la littérature (dont Proust, que je lis actuellement, ce qui a sans doute ajouté beaucoup à mon plaisir de lecture) et James Joyce (que je ne lirai pas tant j’ai peur de ce machin).
   
   J’ai beaucoup aimé le dessin, assez simple comme souvent dans ce type d’ouvrage, en noir blanc et bleu. Et l’histoire m’a aussi beaucoup plu, tant en raison de la réflexion qu’elle fait faire que des références littéraires. Ces liens qu’on crée avec nos parents souvent tard dans la vie font écho en plusieurs d’entre nous et nous font mieux les comprendre, a posteriori, et changer la vision que l’on a d’eux. Et c’est cette partie qui m’a vraiment plu ici. Les différences entre les regards d’enfant et d’adulte.
   
   Bref, un autre roman graphique sur la relation avec sa mère a été publié par l’auteur… et elle m’attend.

critique par Karine




* * *