Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Fraternités – Une nouvelle utopie de Jacques Attali

Jacques Attali
  La Confrérie des éveillés
  La consolation
  Fraternités – Une nouvelle utopie
  Blaise Pascal ou le génie français
  Nouv’elles

Fraternités – Une nouvelle utopie - Jacques Attali

Fondamentalement superficiel
Note :

   Paru en 1999, cet essai du prolixe penseur qu’est J. Attali, pose la question de la voie que le monde doit absolument explorer pour éviter d’aller vers un écroulement ou une explosion radicale dont l’auteur est convaincu qu’elle nous guette avant la fin de ce siècle.
   
   Pour étayer son propos, J. Attali tente de démontrer que les mécanismes fondamentaux qui sont en jeu sont ceux d’un marché qui s’est globalisé et concentré au point que 80% des richesses mondiales sont détenues par une proportion d’individus qui ne cesse de diminuer de façon drastique depuis la révolution industrielle de la fin du XIXème siècle.
   
   Si nous laissons le marché opérer selon ses propres lois, la conviction de l’auteur est que le monde va se fragmenter autour de quelques groupes tentaculaires dont les objectifs dicteront les comportements dominants au point de déposséder les Etats de tout pouvoir économique et de les asservir à la réalisation des objectifs essentiellement capitalistes de ces monstres économiques. En parallèle, se développeront des réseaux virtuels, largement mafieux, vivant en toute autarcie et hors de tout contrôle. Tout ceci ne pourrait que mener, d’après l’auteur, à la radicalisation entre un monde de riches toujours plus riches mais de moins en moins nombreux, et une extrême majorité de pauvres avec un affaiblissement drastique des classe moyennes d’où un risque majeur de conflit armé entre un monde piloté par les USA et un autre par la Chine.
   
   Face à cela, Attali propose une alternative fondée sur la Fraternité. Partant du principe que le plaisir de donner est identique à celui de recevoir et que la pérennité ne peut s’envisager qu’en luttant contre les mécanismes destructeurs de marché, il pose que seule la Fraternité est l’alternative viable, condition préalable à tout exercice de liberté quelle qu’elle soit, fondement même de l’égalité devant les chances.
   
   Pour étayer sa démonstration, l’auteur se réfère aux multiples tentatives historiques qui ont exploré des possibles et posé les bases de notre monde actuel. Malheureusement, le recours aux références de Thomas More, le fondateur de la pensée utopique et qui n’hésita pas à sacrifier sa vie et ses honneurs à ses idées aux services d’une plus grande fraternité, à Karl Marx qui engendra les dérives staliniennes ou maoïstes que l’on sait, surtout si elles sont la plupart du temps survolées aux quelques lignes elliptiques, ne fait pas la démonstration. Elle tend même à nous convaincre du contraire !
   
   Comme, dans ce qui devrait constituer l’essentiel du recueil mais n’en représente qu’un quart environ en fait, J. Attali peine à nous convaincre du bienfondé de sa théorie, on referme le livre en se disant que c’est plutôt raté car fondamentalement superficiel. Espérons que la contre-conclusion qui prédit l’écroulement de nos sociétés du fait des tensions telluriques engendrées par les marchés ne sera, pour sa part, pas la bonne. Il est à craindre, malheureusement que l’égoïsme et la maximisation des intérêts particuliers et court-termistes qui constituent le moteur de nos sociétés de plus en plus globales, ne nous y mène tout droit.

critique par Cetalir




* * *