Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

De bons voisins de Ryan David Jahn

Ryan David Jahn
  De bons voisins

De bons voisins - Ryan David Jahn

Atroce …
Note :

   Mon côté "fleur bleue" ou bien … ? La lecture de "De bons voisins" me fut douloureuse tant ce qui est en question est atroce. Plus difficile à supporter que des scènes de violence explicites dans "Anima" de Wajdi Mouawad par exemple.
   Peut-être parce qu’on comprend très vite ce qu’il va se passer, que tout est dans l’attente, dans le suggéré, et que c’est positivement peu soutenable.
   Ryan David Jahn s’inspire ici du calvaire que subit Kitty Genovese, du côté du Queens en 1964. Kitty Genovese devient donc dans le roman Katrina Marino, serveuse de bar.
   
   "Et c’est alors qu’une jolie fille – une femme, à vrai dire, bien qu’elle ne se sente pas adulte – sort du bar, poussant la porte.
   Elle se nomme Katrina – Katrina Marino -, mais presque tout le monde l’appelle Kat. Les seules personnes qui l’appellent encore Katrina sont ses parents, à qui elle parle chaque samedi au téléphone. Ils vivent à près de six cent cinquante kilomètres, mais ça ne les empêche pas de lui taper sur les nerfs, oh non ! Quand vas-tu enfin te montrer raisonnable et quitter cette ville, Katrina ? C’est un dangereux cloaque. Quand vas-tu te trouver un jeune homme bien avec qui te mettre en couple, Katrina ? …"
   

   Il est quatre heures du matin, ce matin-là lorsque Katrina fait la fermeture du bar. Elle est harassée, trouve un de ses pneus crevé, doit réparer, et puis rentrer, se coucher, se reposer… Ryan David Jahn va nous relater tous les évènements à partir de sa fermeture du bar. Elle habite un immeuble, plutôt tranquille mais ce matin-là n’est pas un matin comme les autres. Elle a rendez-vous avec un destin tragique via un prédateur, là plutôt par hasard.
   
   L’originalité du roman réside non pas dans le calvaire qu’elle va subir mais plutôt dans les multiples tranches de vie que Ryan David Jahn nous décrit dans les appartements de l’immeuble de Katrina puisque Katrina va mourir au pied de son immeuble, sous les fenêtres des appartements, parfois à la vue de certains. Des tranches de vie pour essayer de comprendre comment une telle chose a pu arriver. Des tranches de vie qui ont chacune leur propre singularité – et dans l’ensemble Ryan David Jahn n’y est pas allé avec le dos de la cuillère ! Couples un peu en déshérence, jeune homme sur le point de partir à la guerre, policiers véreux, … une sacrée conjonction de mauvais karmas.
   
   C’est intelligemment construit, correctement écrit et traduit mais c’est affreux. Littéralement affreux.

critique par Tistou




* * *