Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un sourire de la fortune de Joseph Conrad

Joseph Conrad
  Au cœur des ténèbres
  Le nègre du “Narcisse”
  Le duel
  Typhon
  Amy Foster
  Falk
  La ligne d’ombre
  Demain
  Les idiots
  Un paria des îles
  Lord Jim
  Un sourire de la fortune
  Le Frère-de-la Côte

Joseph Conrad est le nom de plume de Teodor Józef Konrad Korzeniowski, écrivain anglais d'origine polonaise, né en Ukraine en 1857, et mort en Angleterre en 1924. Orphelin à 11 ans, Conrad s'enrôla comme mousse en 1874 et sera marin jusqu'en 1894. Il se consacra ensuite à l'écriture.

Un sourire de la fortune - Joseph Conrad

Thèmes conradiens
Note :

   Cette nouvelle contient la plupart des thèmes que les lecteurs peuvent être habitués à retrouver dans les œuvres de Joseph Conrad : la navigation, la direction d’un bateau, les relations avec différents intermédiaires maritimes et leurs proches dans les pays les plus éloignés de l’Europe.
   
   Dans le cas présent, il s’agit d’une île de l’Océan Indien, réputée être la "Perle de l’Océan", dans laquelle la culture de la canne à sucre est la principale activité économique.
   
   Le capitaine du bateau, dès son arrivée au port, doit négocier avec les hommes d’affaires locaux pour rentabiliser au mieux sa traversée. Dans cette tâche, il n’est guère soutenu par son second qui a l’habitude de le dénigrer.
   
   Le bateau à peine amarré, la capitaine reçut la visite du shipchandler qui lui avait été recommandé, Mr. Jacobus. Cette visite le prit un peu de court. Le personnage était affable et prêt à lui fournir tous les biens qu’il désirerait pour le négoce de ses mandants. Il poussa l’amabilité jusqu’à inviter le capitaine à son domicile, où il lui présenta sa fille, jeune personne très belle mais peu amène. Mr. Jacobus l’incita néanmoins à revenir régulièrement tenir compagnie à la jeune fille, ce que le capitaine accomplit volontiers, sans bénéficier d’une grande réciprocité de la jeune fille, qui demeurait plutôt hostile au cours de ces visites quotidiennes tenues en présence d’un chaperon très désagréable.
   
   La jeune fille resta peu communicative malgré les efforts du capitaine, qui finit tout de même par céder à sa séduction.
   
   Entretemps, Mr. Jacobus proposa une affaire au capitaine, qui l’accepta plutôt à contre cœur, mais n’eut pas à s’en plaindre.
   
   Ainsi cette nouvelle contient un concentré de presque tous les thèmes habituellement chers à Conrad : la mer bien sûr, mais aussi les relations humaines et les rapports de force qui peuvent en découler.
   
   Sous un format très réduit, cet ouvrage est un petit chef d’œuvre de précision et même, malgré certains aspects un peu rugueux, de délicatesse.

critique par Jean Prévost




* * *