Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La déchirure de l'eau de John Lynch

John Lynch
  La déchirure de l'eau

La déchirure de l'eau - John Lynch

Plouf !...
Note :

   James Lavery est un adolescent, orphelin de père dont on dit qu'il s'est sacrifié pour son pays l'Irlande. James vit avec sa mère, alcoolique ; il voit passer des hommes dans la maison, et un jour Sully s'installe ; James le hait. Par l'intermédiaire d'un professeur James découvre le théâtre, lui qui s'inventait déjà pas mal d'histoires, se trouve libéré sur scène.
   
   John Lynch est acteur, irlandais vivant en France. Il écrit là son premier roman.
   
   J'aurais cru que cette histoire me toucherait. Or, il n'en est rien, c'est une suite de saynètes avec des liens entre elle, notamment les personnages : chacune termine par un texte court décrivant l'une des morts que James s'invente ou une lettre qu'il écrit à son père ou que son père lui écrit de l'au-delà. Je n'ai rien compris, et n'ai jamais réussi à m'intéresser aux personnages : je les trouve pâles et sans intérêt, leurs histoires ne m'émeuvent pas.
   
   L'écriture est classique, ni exceptionnelle ni désagréable, rien pour me retenir non plus. Rarement déçu par Le castor astral, il fallait bien que ça arrive un jour. Eh bien, voilà, c'est fait.
   
   
   Présentation de l'éditeur:

   
   "Le père de James Lavery est mort. Son fils est persuadé qu'il s'est sacrifié pour l'Irlande. Cherchant désespérément à échapper à sa pesante solitude, à sa pénible vie quotidienne et à l'alcoolisme envahissant de sa mère, James se crée son propre monde : il devient ainsi le héros d'une série d'aventures fantastiques qu'il rêve au fil des jours. Mais les années passent et James entrevoit des étincelles de vérité à propos de son père. Alors qu'il embarque lui-même dans sa première histoire d'amour, il commence à comprendre les vraies complexités de la vie. Dans cette histoire d'initiation, John Lynch révèle dans un style serré, la vulnérabilité et les incertitudes d'un garçon de dix-sept ans qui quitte l'enfance."

    ↓

critique par Yv




* * *



Pas embarquée sur cette eau-là
Note :

   La déchirure de l'eau narre une quête, celle d'un garçon en recherche de son père (ou du moins du souvenir de ce dernier). Chaque chapitre est un instantanée de sa vie, de sa petite enfance à l'âge adulte, terminé par une lettre au trop tôt disparu.
   
    J'ai trouvé le scénario mince et convenu. La correspondance épistolaire ne m'a guère enthousiasmée : je l'ai trouvée plombante, surannée. Rien ne m'a retenue au récit, à ce héros. Je rêvais d'Irlande, d'Histoire, je n'y ai entrevu qu'un texte parmi tant d'autres. C'est doux, joli, gentil mais il n'y a pas de surprise, pas d'idée extravagante. Je ne peux pas reprocher l'écriture assez lyrique de John Lynch mais voilà, "La déchirure de l'eau" ne m'a pas embarquée et c'est comme cela !

critique par Philisine Cave




* * *