Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Blues du Troglodyte de Kenneth Cook

Kenneth Cook
  Cinq matins de trop
  Le koala tueur et autres histoires du bush
  Par-dessus bord
  A coups redoublés
  L'ivresse du kangourou
  La vengeance du wombat et autres histoires du bush
  Téléviré
  Le Blues du Troglodyte
  À toute berzingue

Kenneth Cook est un journaliste, réalisateur, scénariste et écrivain australien né en 1929, et décédé d'une crise cardiaque en 1987.

Le Blues du Troglodyte - Kenneth Cook

Alcoolisé et saignant, comme il se doit
Note :

   Quand Kenneth Cook n’écrivait pas des nouvelles hilarantes, il en recyclait quelques morceaux pour donner un roman.
   
   Toujours fidèle à son pays, cette rude terre d’Australie, ce trou du cul de la planète, ancien bagne ressemblant toujours à une prison kafkaïenne.
   "La seule excuse du dieu qui a créé ce pays est d’avoir donné aux hommes l’ingéniosité de bâtir des pubs pour s’en protéger. J’imagine que c’est Dieu qui a créé ce pays. Il n’a pas pu se former par hasard. Un pays aussi résolument insupportable fait forcément partie d’un grand dessein."
   

   Est-ce que vous connaissez Ginger Whisker, ses maisons troglodytes, ses mines d’opales et ses pubs. Au milieu de cela, une radio détenu par un loser qui ne va pas tarder à la perdre, un politique mafieux, un curé en voie de défroque, un banquier ayant son bureau dans le pub numéro 1 ou 4 ou 2 ou 3 selon l’heure. Et puis la chaleur, le désert pour horizon.
   
   Comme d’habitude, c’est réjouissant, alcoolisé et saignant.
    "On peut former un babouin retardé à devenir présentateur radio en vingt minutes à condition qu’il ait une capacité inépuisable à causer."

    A partir de là, on peut se retrouver dans toutes les embrouilles, fantasmer sur les jeunes filles tout en niant être alcoolique. A un moment, on a le blues. Le blues du troglodyte.
   
   Bref, un super bon moment avec un auteur qu’il faut lire au rythme de la parution, plus ce serait redondant, mais une fois par an, c’est un plaisir.

critique par Le Mérydien




* * *