Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Trans-Atlantique de Witold Gombrowicz

Witold Gombrowicz
  Cosmos
  La Pornographie
  Le festin chez la comtesse Fritouille & autres nouvelles
  Trans-Atlantique
  Ferdydurke
  Les Envoûtés

Witold Gombrowicz est un écrivain polonais né à Małoszyce, (en Pologne alors russe) en 1904, et mort en France en 1969.

Trans-Atlantique - Witold Gombrowicz

L'imprévisible
Note :

   Les romans de Gombrowicz accusent pratiquement tous un caractère satirique plus ou moins appuyé. "Trans-Atlantique" est certainement l’un des plus marqués par cette tendance.
   
   Au départ tiré de la propre expérience de l’auteur : son voyage en bateau de Pologne en Argentine à la veille du déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale précédant son long séjour dans ce pays, "Trans-Atlantique" se caractérise à la fois par une forme littéraire volontiers archaïque et un débordement d’éléments provocateurs, tels que Gombrowicz excellait déjà à mettre en œuvre dans ses précédents romans.
   
   A son arrivée à Buenos Aires, Gombrowicz est accueilli par les membres de la Légation Polonaise en fonction dans la capitale argentine. Cette étape débute la satire de son ouvrage, par la dérision des travers bureaucratiques de ses nouveaux collègues. A partir de là, le roman bifurque vers une sorte d’épopée grotesque, provoquée par la rencontre d’un puto – pédéraste très riche, acteur d’un duel hors de temps et de règles contre un autre immigré polonais.
   
   A cette querelle se greffe la présence des fils des deux protagonistes du duel, qui cristalliseront les relations inattendues entre les adversaires, alors que les collègues de bureau reviennent en force dans la narration en tant qu’auteurs de brutalités d’un niveau à peine imaginable.
   
   Toutes ces péripéties rendent la lecture pleine d’imprévu face aux rebondissements de l’histoire, le tout sous une forme qui demeure admirablement archaïque, même dans la traduction.

critique par Jean Prévost




* * *