Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vengeance d’une femme de Jules Barbey d'Aurevilly

Jules Barbey d'Aurevilly
  Une vieille maîtresse
  L'ensorcelée
  Le bonheur dans le crime
  Une histoire sans nom
  La vengeance d’une femme

Jules Barbey d’Aurevilly est un écrivain français né en Basse Normandie en 1808 et décédé à Paris en 1889.
Surnommé le «Connétable des lettres», il a été romancier, nouvelliste, poète, critique littéraire, journaliste et polémiste.

La vengeance d’une femme - Jules Barbey d'Aurevilly

Malaisante???
Note :

   Quelle étrange histoire que cette nouvelle. Je l’ai écoutée en livre audio, en me rappelant forcément que je l’avais lue il y a un bon moment, dans "Les diaboliques". J’ai eu du mal avec le lecteur au départ (je ne sais plus c’est qui, encore une fois), mais finalement, je me suis laissée emporter par cette histoire glauque et très "malaisante", comme plusieurs diraient chez nous.
   
   C’est donc l’histoire d’un homme, un dandy, Robert de Tressignie. Il est une nuit attiré par une femme, qu’il suit, et qui se révèle une prostituée. Prostituée particulièrement enthousiaste, de plus. Il réalise assez vite qu’elle lui rappelle quelqu’un, un visage, déjà rencontré il y a longtemps, et que c’est le cas. La duchesse de Sierra-Leone cherche à se venger de son mari en lui enlevant ce à quoi il tient le plus: son honneur.
   
   C’est un texte très particulier, qui nous plonge d’emblée dans une atmosphère oppressante. La duchesse va nous raconter son histoire, que nous entendons sans pouvoir l’assimiler et la comprendre totalement. Comment peut-on choisir de vouer sa vie à la haine, à la vengeance? Qu’est-ce qui peut pousser une personne à se laisser consumer ainsi par un sentiment trop fort et trop malsain pour laisser encore de la place à l’humanité?
   
   Je ne vous raconterai pas ici toute l’histoire. Je ne vous dirai pas pourquoi elle en veut tant à son mari. Je ne décrirai pas non plus l’horreur qui l’a poussée là où elle est. Je vais toutefois vous inciter fortement à la découvrir car j’aime beaucoup – comme toujours – la plume de l’auteur, et que pour réussit à me plonger dans un tel sentiment de malaise… il faut être fort!

critique par Karine




* * *