Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Lucy in the Sky de Pete Fromm

Pete Fromm
  Avant la Nuit
  Indian Creek, un hiver au cœur des Rocheuses
  Lucy in the Sky
  Le nom des étoiles

Pete Fromm est un écrivain américain né en 1958 dans le Wisconsin.

Lucy in the Sky - Pete Fromm

Destin féminin
Note :

   Bien sûr, Pete Fromm, pour moi, c’est d’abord l’inoubliable "Indiana Creek" et aussi "Avant la nuit". C'est le premier auteur qui m’aura amenée à m’intéresser à des histoires de pêche (ou plutôt de pêcheurs) car le sujet de ses livres c’est avant tout l’humain : c’est à dire nous!
   
   Avec "Lucy in the Sky" - qui est un clin d’œil à la chanson des Beatles-, paru aux éditions Gallmeister, Pete Fromm brosse avec beaucoup de vérité le portrait d’une jeune fille de 14 ans.
   
   Pour Lucy, la métamorphose de l'adolescence est un processus douloureux. La fin de l’enfance, c’est la découverte de la mésentente de ses parents : un père, bûcheron, qui quitte la maison une grande partie de l’année et qui ne témoigne de son affection que par un mot derrière une carte ! Une mère, mariée jeune, qui ne peut plus supporter l’attente, qui meuble sa solitude avec les amants d’un moment. Et puis le corps de Lucy change, la voilà embarrassée par les attentions des garçons, une nouveauté qu’elle accepte mal, elle qui a toujours eu la tête rasée par son père et qui s’est toujours comportée comme celui-ci le souhaitait, en garçon. Les rapports sexuels sont pour elle une source de tourments et elle se défend de "finir" comme sa mère. Elle ne veut pas tomber dans le piège de l’amour et se retrouver mise de côté, en attente!
   
   Le roman de Pete Fromm est très bien écrit. L'atmosphère de Greats Falls, petite ville du Montana, est bien rendue. La condition féminine aux Etats-Unis dans les classes populaires n’a pas de quoi faire rêver et l’écrivain excelle à faire vivre devant nous ces femmes qui ont dû assumer une maternité non souhaitée alors qu’elles étaient trop jeunes et qui se retrouvent bien vite seules et sans rêves. Il semble qu’il y ait là un déterminisme social et il est très difficile d’y échapper d’où la révolte de Lucy. Mais c’est une fille qui n’a pas froid aux yeux et le dénouement nous laisse sur un interrogation plutôt positive : Peut-être s’en sortira-t-elle?
   
   J’ai donc bien aimé ce livre mais moins que les autres œuvres de l’auteur, peut-être parce qu’il traite d’un sujet moins original et que j’ai déjà retrouvé dans de nombreux romans américains. Ce qui ne l'empêche pas d'être réussi!
   
   Pete Fromm est un des auteurs favoris des libraires indépendants américains : il a été 5 fois lauréat du prix des libraires du Pacifique Nord-Ouest (PNBA Award), y compris avec "Lucy in the Sky".
   
   Ce livre a obtenu un succès critique important à sa sortie aux États-Unis, notamment pour la finesse et la profondeur des personnages féminins. Il vient d’être adapté au cinéma avec Claire Danes dans un des rôles principaux. (Editions Gallmeister)
    ↓

critique par Claudialucia




* * *



Lucy, de 14 à 16
Note :

   C'est l'adolescence de Lucy de nos jours, dans une petite ville de Nouvelle Angleterre (Great Falls, panorama impressionnant, chutes ) ; Lucy qu'une situation familiale instable contraint de vivre à toute vitesse, d'arracher à la vie ce qu'elle peut en avoir. Son père, elle le voit deux trois fois par an pendant une semaine, il vit au loin "à couper des arbres" et leur envoie à sa mère et elle des cartes postales d’un goût douteux tout au long de l’année. La mère, encore très jeune, travaille en télémarketing et sort avec des copains de rencontre, ce que sa vie de presque célibat lui rend possible.
   
   Lucy de 14 à 16 ans, avec son copain fidèle, l’ évolution progressive de leur relation, et deux autres garçons assez pénibles chacun dans leur genre… puis cette fin qui déçoit : Lucy méritait mieux…
   
   Phrases simples, ton gouailleur, humour un peu passe-partout, description d’une gamine débrouillarde, dans un milieu plutôt hostile, la nature la plus élémentaire et celle qui est grandiose, sont bien rendues. On a la belle qualité "Gallmeister".

critique par Jehanne




* * *