Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La ville des serpents d’eau de Brigitte Aubert

Brigitte Aubert
  Scènes de crime
  Eloge de la phobie
  La danse des illusions
  Une âme de trop
  La mort des bois
  La Mort des neiges
  Le Souffle de l'ogre
  Reflets de sang
  Freaky Fridays
  La ville des serpents d’eau

Brigitte Aubert est un auteur français de romans policiers, née en 1956.

La ville des serpents d’eau - Brigitte Aubert

Ennaton
Note :

   Brigitte Aubert a choisi une localité rurale américaine, à prédominance blanche, pour cadre de ce polar ; Ennatown, ex Ennaton dans la langue des primo-occupants, Ennaton, la ville des serpents d’eau.
   
   Une ville qui fut traumatisée un peu plus d’une dizaine d’années auparavant par les actes d’un tueur en série, jamais identifié, qui kidnappait des petites filles, les noyait. On l’appelait "Le Noyeur". Cinq fillettes ont ainsi disparu et quatre retrouvées noyées et éventrées. C’était une dizaine d’années auparavant...
   
   Ennatown est donc sous le choc lorsqu’on signale qu’une petite fille, inconnue, vient apparemment d’être enlevée par un des seuls noirs de la ville, un débile léger pas méchant, Black Dog. En réalité le lecteur en sait beaucoup plus puisqu’il est au courant que la cinquième fillette jamais retrouvée est encore en vie, séquestrée, et que cette petite fille vue avec Black Dog est dans les faits sa propre petite fille, conçue en captivité, qu’elle a fait s’échapper avec un message écrit demandant de l’aide. Pas de chance, c’est sur Black Dog qu’elle est tombée. Black Dog qui ne sait pas lire et elle qui n’a jamais connu le monde extérieur et qui n’a aucun repère, le message est mal parti !
   
   Une certitude pour le lecteur, c’est parmi les hommes de la ville que se trouve "Le Noyeur", mais son identité ne sera dévoilée qu’à la fin. Et puisqu’il faut bien quelqu’un pour faire avancer l’enquête, Brigitte Aubert a créé les personnages de Vince Limonta, flic déchu un peu porté sur l’alcool et Snake T., rappeur déchu lui aussi depuis qu’il s’est pris une balle dans le dos et ne se déplace plus qu’à coup de béquilles.
   
   Ajoutez à cela des personnages crédibles en tant que citoyens d’une petite bourgade rurale américaine de base, secouez et vous avez les ingrédients utilisés par Brigitte Aubert pour concocter une "ville des serpents d’eau", tout à fait honorable dans ce registre.

critique par Tistou




* * *