Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le monstre du Lac Frome de Arthur Upfield

Arthur Upfield
  Le monstre du Lac Frome
  La mort d'un lac

Le monstre du Lac Frome - Arthur Upfield

Le livre ouvert du bush
Note :

   Quand je n'ai pas la frite, je lis un polar.
   Le polar n'en a rien à foutre des états d'âmes des personnages. Le roman policier se base sur des indices menant à des faits qui lèvent le voile sur un coupable. La réflexion, la résolution de l'énigme priment sur le psychologique, qui n'est pas une fin mais un moyen.
   
   Pas de plongée dans les abysses d'une âme noire, dans les méandres d'une vie tourmentée. Qu'il soit détective ou inspecteur divisionnaire, le fil conducteur s'en tient aux seuls faits.
   C'est vachement relaxant pour le (la) lecteur(trice) dont la vie traverse une passe embrouillée.
   
   Quel que soit l'environnement, on retrouve toujours quelques vieux repères bien rassurants : un troquet fleurant le kawa au perco, des patibulaires avinés ou pas qui tiennent le comptoir tout autant que le crachoir pendant des heures ou alors un café à l'américaine avec des donuts et le café servi dans une cafetière en verre rond., une bignole à la voix de crécelle et son balai comme une extension de son bras, l'œil en position "longue vue", des odeurs de bouffe ... de vieux impers tachés où qu'on aille...
   
   Chez Arthur Upfield, ce sont les scones beurrés qu'on retrouve dans toutes les enquêtes de l'Inspecteur Napoléon Bonaparte "appelez-moi Bony". Metis aborigène à l'intuition aiguisée par sa double identité, Bony nous fait traverser l'Australie en long et en large, à travers les villes et le bush. Les déserts aussi.
   
   A travers toute cette lecture, j'ai pu retrouver certaines des "impressions" que je n'avais jamais pu mettre en mots lors de ma propre rencontre avec cet étrange continent : l'horizon à perte de vue, plat, morne, puis soudain, sans qu'on s'y attende, une colline. Une végétation unique en son genre : les banxias, les gommiers, les pattes-de-kangourous (kangaroo paws).
   Des gens burinés, courageux, pas fiottes pour un sou.
   Et ces Aborigènes, fièrement énigmatiques, même dans la déchéance...
   C'était il y a longtemps : en 1980. J'avais 24 ans.
   
   Je vous recommande tout particulièrement : "le monstre du lac Frome",mais vous pourrez lire aussi "L'homme des deux tribus","Mort d'un lac","Les sables de Windee"...
   Bienvenue dans le dépaysement total...

critique par Evanthia




* * *