Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Menace sur la Croisière Noire de Pierre Mazet

Pierre Mazet
  Menace sur la Croisière Noire

Menace sur la Croisière Noire - Pierre Mazet

Polar et histoire
Note :

   Présentation de l'éditeur:
   
   "Lors de la Croisière Noire, lancée par André Citroën en 1924, comme un défi à son concurrent Renault, dix-sept membres d’expédition se lancent dans une traversée inédite du continent africain. A mi-chemin, un événement vient troubler l’aventure : Ernest, le mécanicien, est retrouvé sans vie et l’assassinat ne fait aucun doute. Les premiers soupçons se portent sur les membres de l’équipage. Meurtre crapuleux, sabotage de la croisière ou coup monté par le rival industriel de Citroën ? Dans un décor exubérant et sous un angle inattendu, Pierre Mazet nous transporte dans la grande aventure de la Croisière Noire."

   
   
   Tout pour plaire ce polar. Le thème de l’aventure par excellence avec cette mythique croisière automobile. Ensuite, l’Afrique et tout ce que l’imagerie coloniale véhicula, les grands romans africains de Joseph Peyré, Frison Roche, et bien d’autres. On croise même une colonne ressemblant à celle Voulet-Chanoine, ayant pour objet la conquête du Tchad (18981899).
   
   Ayant été élevé sous la cloche tibétaine, ce genre de livre réveille mes instincts d’aventures. Haardt et ses expéditions, la mission Marchand, les grands films hollywoodiens de l’époque. Voici donc un polar d’aventure, basé sur des faits historiques, hautement recommandable en ce début de saison littéraire même si lui date d'une précédente.
   
   Extrait :
   "Les événements que je vais raconter se sont déroulés entre Niamey et Stanleyville. Cependant, je voudrais évoquer les péripéties qui nous ont conduits jusqu’à la future capitale du Niger. Cette partie de l’expédition reste, pour moi, la plus heureuse. Celle où, en dépit des engueulades et des coups de sang, l’équipée est restée soudée. Il en ira différemment après…"

critique par Le Mérydien




* * *