Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Impératrice de Chine de Pearl Buck

Pearl Buck
  La Mère
  Vent d’Est, Vent d’Ouest
  Impératrice de Chine
  Pavillon de femmes
  La Terre chinoise
  Le patriote
  Pivoine
  Fils de dragon
  L'arc en ciel
  Les fils de Wang Lung
  La famille dispersée

AUTEUR DES MOIS D'août & septembre 2019


Pearl Buck (née Sydenstricker ) est née en Virginie en 1892, mais elle n'a que trois mois lorsque ses parents, missionnaires presbytériens, partent s'installer en Chine où elle deviendra parfaitement bilingue. Elle reviendra en Virginie pour ses études universitaires puis retournera vivre en Chine qu'elle devra fuir finalement en 1927, lors de "l' incident de Nankin . Elle vivra alors un an au Japon, puis reviendra s'installer aux USA en 1933. Elle n'a jamais pu retourner en Chine.

Elle avait publié son premier roman Vent d'Est, Vent d'Ouest en 1930 et avait connu tout de suite un immense succès. Le deuxième, Terre chinoise lui vaudra le prix Pulitzer en 1932, faisant d'elle la première femme à obtenir ce prix.

Sa production est nourrie de sa connaissance profonde de la Chine et du Japon ainsi que de son amour pour ces pays et ces populations. C'est ce qui, allié à une belle écriture, fait la valeur de son œuvre. Elle reçoit le Prix ​​Nobel de littérature en 1938.

Après son retour aux États, elle milite pour les droits des femmes et des groupes minoritaires et écrit abondamment sur les cultures chinoise et asiatique, romans, nouvelles, théâtre et essais.

Pearl Buck est décédée le 6 mars 1973 d'un cancer du poumon, laissant une œuvre considérable et tout à fait particulière.

Impératrice de Chine - Pearl Buck

Cixi impératrice
Note :

   Titre original : Imperial Woman
   
   Un autre Pearl Buck. Oui, je sais ça ne fait pas longtemps que j’ai lu mon tout premier. Mais bon, j’avais envie de chinoiseries et c’est le premier roman qui me soit tombé sous la main. Était-ce le choix idéal? Je ne sais pas trop car j’avoue que je l’ai fait traîner et que je lui ai trouvé des longueurs et des répétitions… mais en gros, ça m’a permis de m’intéresser au personnage de Tzu Hsi.
   
   Tout d’abord, je dois avouer que je n’ai pas compris tout de suite que c’était inspiré d’un personnage réel. On rencontre une jeune fille qui va à la cour de l’empereur pour être "candidate" pour être l’une de ses concubines. Elle vient d’une "bonne" famille mais n’est pas non plus riche ni particulièrement prestigieuse. Par contre, elle a du cran et de l’ambition à revendre. Elle sera donc choisie comme concubine de l’empereur Xianfeng (orthographe certainement approximative). Oui, vous pouvez rire de mon inculture. Je n’ai allumé qu’à la visite de la cité interdite, quand on a visité les quartiers de la "Dragon Lady". Et là, il y a une petite lumière qui s’allume. Dragon Lady, je connais. Cixi. Tzu Hsi. Oh boy… Ce fut long, hein!
   
   Bref, ce roman, c’est une biographie – très – romancée de l’impératrice Cixi, la vénérée mère. Elle a été la mère du seul fils de l’empereur, la mère de l’héritier. Mais en fait, informellement, elle a régné sur la Chine pendant 47 ans. Dans la culture populaire, elle est reconnue comme une femme cruelle, manipulatrice, imbue d’elle-même et de pouvoir. Dans ce roman, on a une vision un peu différente. Pearl Buck la rend plus humaine et cette part d’elle-même est représentée par une histoire d’amour impossible avec son amour de jeunesse, capitaine des gardes. Fort improbable mais ça permet de donner un fil conducteur à l’histoire. Du coup, je me suis vraiment demandé ce qui était vrai de ce qui été fantasmé dans tout ça. Mais du coup, on entrevoit la vie dans la cité interdite, dans le palais d’été, et ça permet de comprendre un peu ce qui a précipité la fin de cette dynastie ainsi que le fonctionnement du "gouvernement" de l’époque.
   
   Du coup, j’ai envie de lire une vraie biographie de Cixi. Quelqu’un en a une à me proposer?
   
   
   PS: Témoignage sur la vie près de l'Impératrice: "Mémoires d’une dame de la cour dans la cité interdite" de Jin Yi.

critique par Karine




* * *