Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le moine et le philosophe de Matthieu Ricard

Matthieu Ricard
  Le moine et le philosophe
  Plaidoyer pour l’altruisme

Le moine et le philosophe - Matthieu Ricard, Jean-François Revel

L'intelligence et le respect
Note :

    D'un côté, nous avons Jean-François Revel, philosophe mondialement reconnu et journaliste politique français; et de l'autre, son propre fils, Matthieu Ricard, qui alors qu'il avait 26 ans et un doctorat de biologie moléculaire en poche, décide après un voyage en Inde, de devenir moine bouddhiste.
   
    Ce livre est la retranscription de dialogues que le père et le fils ont eu en 1996 au Népal. Ils sont diablement intéressants car le philosophe qui maîtrise bien la pensée occidentale depuis l'Antiquité veut en savoir plus sur cette spiritualité qu'a embrassée son fils. Et là, c'est le père, sceptique, qui interroge son fils sur le monde actuel (la position du bouddhisme face à la politique, face à la science moderne, face aux questions de société actuelles comme la peine de mort ou l'avortement...) ou bien sur ce qu'est vraiment le bouddhisme et ses profondes croyances.
   
    Matthieu Ricard, maîtrisant son sujet à la perfection, dissipe bien des idées reçues sur le bouddhisme et explique simplement comment cette spiritualité peut aider l'humain dans sa vie de tous les jours ainsi que l'humanité entière. En effet, pour les bouddhistes il faut se transformer soi-même pour ensuite aider au bonheur de la terre entière.
   
    Les deux hommes font preuve d'érudition et de simplicité pour faire avancer le propos et j'ai appris autant de choses sur la philosophie occidentale que sur le bouddhisme. Je crois que le père et le fils ont fait le tour de la question (ils essaient aussi de savoir pourquoi le bouddhisme séduit autant en occident) et la confrontation entre deux visions du monde ne peut qu'être constructive quand elle est menée comme cela dans l'intelligence et le respect.

critique par L'habitué




* * *