Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Amis de Kôbô Abé

Kôbô Abé
  La femme des sables
  Le Plan déchiqueté
  Les Murs
  Mort anonyme
  La Face d'un autre
  Les Amis
  L'Homme-boîte
  Rendez-vous secret
  L'Arche en toc
  Cahier kangourou

AUTEUR DES MOIS DE JUIN & JUILLET 2015

Kōbō Abé (安部 公房) est un écrivain japonais né le 7 mars 1924 à Tokyo.

Il est fils de médecin et passe son enfance en Mandchourie. Il fera lui-même des études de médecine qu'il ne mènera pas à terme et les figures médicales peuplent ses romans.

A partir de 1945, il fut un militant communiste actif, soucieux de promouvoir la littérature dans les milieux ouvriers. Mais il fut exclu du parti en 1962, ses doutes quant aux bienfaits d'une société omnipotente s'accordant peu à la ligne du parti.

Les thèmes récurrents de ses œuvres sont les relations complexes entre individu et société, apparence et réalité, image sociale et intégrité personnelle.

Le sexe est toujours présent, sous des aspects crus, non conventionnels et non sereins.

Ses personnages n'ont pas de famille, n'attendent pratiquement rien d'autrui et ne fréquentent que peu de personnes volontairement, en des relations généralement sexuelles. Les autres relations, réduites au maximum, sont strictement obligatoires (travail, voisinage etc.)

Abé Kōbō meurt à Tokyo d'une crise cardiaque en 1993.

Les Amis - Kôbô Abé

Visite surprise
Note :

   Titre original: Tomodachi, 友達 (1967)
   
   A été adapté au cinéma par Kjell-Åke Andersson sous le titre "Friends"
   
   L'unique pièce de théâtre d'Abé Kôbo traduite en français ! Elle est de qualité ; voici ce dont il s'agit.
   
    Un homme — l'Homme toujours anonyme — habite seul. Au 1er acte, voici que surgit dans son appartement toute une famille, soit neuf personnes, de la grand-mère aux petits enfants.* L'Homme n'aime pas cette intrusion d'inconnus qui fouinent, fouillent, fauchent... Faut dire qu'ils sont plutôt culottés. Ils prétendent qu'ils sont venus pour l'aider. Mais l'Homme n'en croit rien. Il passe par différents stades de l'incompréhension, à la colère, à l'angoisse, au renoncement. Au 2ème acte, ça tourne mal, évidemment. La comédie se fait tragédie. La fiancée rompt avec l'Homme. L'homme se retrouve en cage... et pire. On ne précisera pas davantage.
   
   Absurde tout ça ? Pas tant que ça. La société que montre Kôbô Abé n'est pas bonne pour les personnes isolées. L'individu est victime de son isolement et en bande c'est le triomphe du crime organisé. Angoisse, solitude, et crainte des autres : de grands thèmes pour une petite pièce qui n'a pas été montée en France depuis des lustres.
   
   "Les bagages, c'est drôle, comment ça se fait ? Ça augmente à chaque déménagement..."
constatera l'un des personnages de la scène finale...
   
   
   * Voir la nouvelle "Les envahisseurs" dans le recueil "Mort anonyme"

critique par Mapero




* * *