Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les ravages de la nuit de Joseph Hansen

Joseph Hansen
  Le Poids du monde
  Les ravages de la nuit

Les ravages de la nuit - Joseph Hansen

Ne sont pas réparés par la chirurgie esthétique!
Note :

   Chantre de l'homosexualité, Joseph Hansen a osé le premier en parler en termes non stéréotypés, sans clichés, sans complaisance, bannissant la vulgarité, ne vilipendant pas, n'encensant pas, ne ridiculisant pas non plus.
   
   Joseph Hansen a écrit: "Dans la plupart de mes romans, mon intention a été de traiter aussi honnêtement que possible des homosexuels et de l'homosexualité en tant que partie intégrante de notre vie contemporaine, et non comme une chose bizarre et étrange."
   
   Nous retrouvons dans "Les ravages de la nuit", Dave Brandstetter, enquêteur au service des compagnies d'assurance.
   
   Un camionneur indépendant mortellement blessé au cours d'un accident de la route, ça arrive. Lorsqu'une assurance-vie de 100 000 dollars a été souscrite un mois auparavant, cela mérite bien une petite enquête de routine. Surtout si une bombe est à l'origine de cet accident.
   
   Qu'un voyou, chef de bande, soit retrouvé derrière les barreaux à cause de ce camionneur et dont le séjour carcéral vient de se terminer, cela appelle réflexion. Surtout si des paroles vengeresses ont été proférées lors du jugement.
   
   Qu'un routier de ses meilleurs amis, transporteur indépendant lui aussi, soit décédé peu de temps auparavant d'une maladie brutale et subite, drôle de coïncidence!
   
   Une enquête qui ne sera pas de tout repos pour Dave Brandstetter dont le petit ami a des problèmes de santé.
   
   Et Joseph Hansen brise un tabou offrant la possibilité à d'autres auteurs, masculins et féminins de s'exprimer sur ce sujet et d'avouer leur homosexualité, ce qui n'entache en rien leurs qualités, au contraire, car leurs personnages sont peut-être plus humains.

critique par Oncle Paul




* * *