Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Manderley for ever de Tatiana De Rosnay

Tatiana De Rosnay
  Spirales
  La mémoire des murs
  Elle s’appelait Sarah
  Le cœur d'une autre
  Moka
  Le Voisin
  Boomerang
  Rose
  A l'encre russe
  Manderley for ever

* Interview dans la rubrique "Rencontres"

Manderley for ever - Tatiana De Rosnay

Une maison et la littérature
Note :

   Daphné du Maurier a été l’un de mes grands amours littéraires d’adolescence. Ok. Je corrige. "Rebecca" a été l’un de mes grands amours littéraires d’adolescence. Non mais cette première phrase, cette première phrase! Du coup, quand j’ai entendu parler de cette biographie, je me suis dit que c’était pour moi. Tout à fait pour moi.
   
   Manderley for ever, c’est donc la biographie de Daphné du Maurier. Mais pas une biographie avec juste des dates et des événements; une biographie qui se lit comme un roman et qui nous donne réellement l’impression de rencontrer cette femme profondément libre dans sa tête, ayant beaucoup d’humour mais aussi un côté secret, sombre. Non seulement nous rencontrons la femme, mais nous rencontrons surtout l’écrivaine, la femme qui écrit, qui crée des mondes, des atmosphères. En deux jours, je l’ai dévoré, avec l’impression, moi aussi, de retourner à Manderley, le Manderly de Daphne du Maurier, qui était un manoir des Cornouailles nommé Menabilly.
   
   Difficile de bien cerner la femme qu’était l’auteur célèbre, qui aurait voulu être considérée comme autre chose qu’une auteure romantique, gothique… une auteure de roman de gare. Une femme qui avait des rêves d’indépendance, qui se disait double, mais qui n’assumait pas complètement qui elle était, préférant vivre dans un monde de secrets. Une femme envoûtée par des murs, par une maison, qui était sa muse et limite le grand amour de sa vie. Une femme pas toujours politically correcte.
   
   Pourtant, l’auteure réussit à nous faire faire une réelle rencontre. On l’entend parler, dans son code secret "du Maurier" (même si ça devient un peu lassant à la longue), on la voit arpenter les couloirs, on l’imagine recluse dans sa "hutte" où elle invente les histoires qui nous font encore frissonner aujourd’hui. Par contre, avertissement… si vous lisez la bio, vous aurez envie de tout relire (ou lire) l’œuvre de l’auteur. Je vais d’ailleurs enchaîner avec "Ma cousine Rachel", que je ne crois pas avoir lu… mais bon, l’année de mes 13 ans a été occupée côté lectures… et je ne notais pas tout! Sait-on jamais!

critique par Karine




* * *