Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dans ses yeux de Eduardo Sacheri

Eduardo Sacheri
  Dans ses yeux

Dans ses yeux - Eduardo Sacheri

Années sombres de l’Argentine
Note :

   Plus qu’un polar, "Dans ses yeux" est une étude de cas dans le cadre des années sombres, des années de dictature militaire, de non-droit, de l’Argentine. Eduardo Sacheri ne fait qu’effleurer le "noyau dur" de la chose mais quelquefois l’absence de démonstration en dit plus que des discours didactiques (je sens que les lectures de Dos Passos que je viens d’entamer portent leurs fruits!).
   C’est à travers le cas de Benjamin Chaparro, secrétaire au Palais de Justice, à Buenos Aires, que nous allons toucher du doigt ces années sombres.
   
   Benjamin Chaparro se repend de n’avoir pas validé ses années de droit. Faute du diplôme sanctionnant les études, il sait qu’il restera cantonné à un rôle subalterne, voyant au fil de sa carrière des stagiaires sous ses ordres prendre progressivement du galon et s’élever régulièrement jusqu’à devenir ses supérieurs. Ainsi d’Irene Hornos, ayant commencé sous ses ordres et maintenant juge alors qu’il a culminé à un poste de Chef administratif... La juge Irene Hornos dont il est secrètement et honteusement amoureux depuis toujours. Il faut dire que Benjamin Chaparro n’a pas le profil du héros de polar : il est velléitaire, timide et absolument pas sûr de lui.
   
   Mais cette "affaire" avec la juge Hornos n’est qu’un fil rouge dans le récit. Le véritable sujet est au départ un sordide crime : viol suivi d’assassinat de Liliana Emma Colotto, jeune institutrice d’une grande beauté dont le meurtre plonge le mari, Ricardo Morales, dans un abîme sans fond dont il ne sortira pas indemne. Dont il ne sortira pas, à vrai dire.
   
   Mais quel rapport me direz-vous avec notre Benjamin Chaparro? C’est que, dirigé à l’époque par un chef incompétent mais (le "mais" est-il de rigueur?!) ambitieux, il lui est demandé de venir assister la police dans les premières constatations. Benjamin Chaparro rentre donc de plain-pied dans cette affaire, confronté qu’il est au théâtre du crime, à la vision de la vie saccagée d’une jeune femme et surtout confronté au désespoir insondable du mari, Ricardo Morales. Il ne va se sentir la force de le laisser tomber et d’appliquer les consignes venues d’en haut de classer l’affaire.
   
   Mais quel rapport me direz-vous avec les années sombres de l’Argentine? Eh bien c’est que nous allons suivre les suites de cette affaire, de 1968, année du crime, à 1996. Et entre les deux? Entre les deux les années sombres! Et les ennuis que vont valoir à Benjamin Chaparro son obstination à rester dans le cadre de la loi et à rendre le service public qu’on est en droit d’attendre de la Justice. Contre l’avis d’un collègue, qu’il va contribuer à faire condamner, contre l’avis de ses supérieurs qui veulent passer à autre chose. Or il se trouve que ce collègue, condamné, a un beau-père colonel. Il se trouve que la dictature se met en place, avec son cortège d’exactions. Il va monter en grade et chercher à se venger. Avec conséquemment des moyens puissants puisque l’Argentine est alors dans une zone de non-droit pour certains aspects.
   C’est ceci le véritable sujet du roman. Pas vraiment l’enquête qui permettra d’identifier le meurtrier de Liliana, identification qui vaudra au passage encore plus d’ennuis à Benjamin... Ce n’est pas non plus l’amour "courtois" de Benjamin pour Irene.
   Mais c’est l’ensemble qui en fait un roman appréciable, consistant et instructif que ce qu’a pu être l’Argentine en ces années sombres.

critique par Tistou




* * *