Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le voleur de goûter de Andrea Camilleri

Andrea Camilleri
  La Démission de Montalbano
  La Voix du violon
  La Concession du téléphone
  Le tour de la bouée
  La forme de l'eau
  Le voleur de goûter
  La peur de Montalbano
  La patience de l'araignée
  Chien de faïence
  L'excursion à Tindari
  Privé de titre
  La couleur du soleil
  Un été ardent
  Petits récits au jour le jour
  Les Ailes du Sphinx
  La Pension Eva
  Pirandello, biographie de l’enfant échangé
  Le coup du cavalier
  Intermittence
  La lune de papier
  Le garde-barrière
  Le neveu du Négus
  Noli me tangere
  L’âge du doute

Andrea Camilleri est un écrivain et metteur en scène italien, né en Sicile en 1925, et mort le 17 juillet 2019.

Le voleur de goûter - Andrea Camilleri

Sicile et Services Secrets
Note :

   Andrea Camilleri ?
   Sicile ! - Bravo !
   Commissaire Montalbano ! - Rebravo !
   
   Vigata, les tournures siciliennes adaptées par Serge Quadruppani - son traducteur - les hésitations amoureuses de Montalbano, le bon peuple de Sicile, la nourriture portée au pinacle, … Tout y est, c’est un vrai Camilleri.
   
   Et tout part, anodinement ( ?) d’un petit garçon qui a volé un goûter. Les supérieurs du Commissaire Montalbano goûtent peu, eux, que ledit Commissaire consacre du temps à cet épiphénomène. Sauf que, sauf que … il a du nez notre Montalbano et l’affaire est plus grave qu’un simple goûter.
   
   Il y a aussi un meurtre, une tunisienne qui pour être maman n’en a pas moins un côté Mata Hari du pauvre, du trafic tunisien au large des côtes, un colonel de Services Secrets qui comme tout colonel des Services Secrets a le mauvais rôle dans un polar.
   
   Il y a tout ça et plus encore. Il y a l’immense affection – amour – de Camilleri pour le peuple et la Terre sicilienne. Il y a qu’il écrit bien, qu’il est remarquablement traduit (merci M. Quadruppani) et que j’aime bien le lire.
   
   On a l’impression d’un ami qu’on retrouve à intervalles réguliers, qui a ses faiblesses (la nourriture sicilienne notamment) qui nous font penser aux notres, et sur l’épaule de qui on aimerait bien pouvoir taper !

critique par Tistou




* * *