Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'honnête tricheuse de Tove Jansson

Tove Jansson
  Dès 09 ans: Moumine le Troll (tome 1)
  Dès 10 ans: L'été dramatique de Moumine
  Dès 09 ans: Les Mémoires de papa Moumine
  J comme: Moomin et la comète
  Le livre d’un été
  L'honnête tricheuse
  L'art de voyager léger et autres nouvelles

Tove Jansson est une femme de lettres, illustratrice et peintre finlandaise née à Helsinki en 1914 et décédée en 2001.
Prix Nils Holgersson
Prix Hans Christian Andersen
Prix Finlande

L'honnête tricheuse - Tove Jansson

Anna = Tove ?
Note :

   "Anna était devenue silencieuse et maussade. Un doute désagréable s'était installé en elle ; on n'avait cessé de la berner, elle, une personne gentille et aimable. Pour la première fois de sa vie, Anna ressentait de la méfiance et ni elle ni son entourage ne s'en portaient bien. Elle allait de-ci, de-là en se faisant du mauvais sang à cause de ces voisins, de ces éditeurs et autres petits enfants innocents qui tous, absolument tous, l'avaient bernée."
   

   Västerby est un petit village de pêcheurs, quelque part au nord, isolé et enneigé tout l'hiver qui est interminable cette année-là. Katry est comptable à l'épicerie et vit seule avec son jeune frère Mats qu'elle adore et un chien qui n'obéit qu'à elle. Mats est un être simple et silencieux, passionné seulement par la mer et les bateaux. Il se rend utile au chantier naval des frères Liljeberg.
   
   Anna Aemelin est illustratrice pour enfants, sa maison domine le village et est surnommée "la maison aux lapins" du nom des livres qui ont fait sa popularité. Elle ne côtoie personne, mène une existence retirée à l'écart de tout tracas inutile.
   
   Katri a de grandes ambitions pour son frère et elle sait qu'un jour elle ira vivre dans la maison confortable d'Anna, pour lui, il le mérite. Comment s'y prendra-t-elle?
   
   Nous avons donc affaire à un affrontement entre deux femmes, tantôt insidieux, tantôt frontal. Au départ, la situation est simple, mais ensuite bien malin qui peut dire laquelle a le pouvoir sur l'autre. Katri est appréciée par les villageois pour ses qualités de comptable et son honnêteté, contrebalancées par sa froideur et son physique dérangeant. Elle a les yeux aussi jaunes que ceux de son chien, pas très loin du loup et les enfants ont vite fait de la traiter de sorcière.
   
   Katri poursuit son but avec patience et obstination, mais Anna n'est pas une petite chose innocente prête à se laisser dévorer toute crue. Sous ses aspects lisses et craintifs se cache une personnalité pleine d'aspérités et moins fragile qu'il n'y paraît.
   
   Au milieu des deux femmes, Mats, le pur, protégé depuis toujours par sa sœur, mais partageant avec Anna l'amour des livres de voyages et d'aventures.
   
   Atmosphère délicieusement acide et tendue dans ce roman où des forces souterraines sont à l’œuvre, nous tirant vers le conte et l'étrangeté, à la suite du chien redevenu sauvage. La nature a son importance, la mer, la neige, la glace, le sol de la forêt, les petites créatures qui la peuplent.
   
   J'ai retrouvé le même plaisir de lecture qu'avec "Le livre d'un été". Peut-être une légère frustration à la fin, un peu trop énigmatique, mais si légère qu'il ne faut pas s'y arrêter. L'écriture est fluide, l'ambiance feutrée malgré les coups bas, une vraie réussite.
   
   
   "Les paquets de livres arrivaient dans du papier kraft avec une étiquette jaune. Katri ne les ouvrait pas, elle les posait simplement sur la table de la cuisine. Au crépuscule, Anna et Mats les ouvraient. Mats avait le droit de choisir en premier et il choisissait toujours un livre en rapport avec la mer. Lorsqu'il l'avait lu, c'était au tour d'Anna et ensuite ils pouvaient discuter ensemble des livres, d'abord de celui de Mats puis de celui d'Anna. C'était un rituel. Ils n'échangeaient pas beaucoup de mots sur eux-mêmes ni sur ce qui les entourait, ils ne parlaient que des gens qui vivaient dans leurs livres, dans un monde infaillible fait de chevalerie et de justice finale. Mats ne parlait pas de son bateau mais des bateaux".

critique par Aifelle




* * *