Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

M comme: Le sculpteur de Scott McCloud

Scott McCloud
  M comme: Le sculpteur

M comme: Le sculpteur - Scott McCloud

Super coup de cœur !
Note :

   Soyons francs, j’ai adoré ce roman graphique. Je dirais même plus je suis emballée. Fort emballée. Je dirai aussi que j’ai pleuré ma vie et que j’y ai pensé 2 jours de temps. Bon, assez dit!
   
   On m’avait dit qu’il était terriblement overrated, trop américain, trop tout… mais moi, je me suis fait avoir. Complètement et totalement. J’ai dévoré ces pages et été emportée dans ce récit aux relents Faustiens du début à la fin.
   
   David Smith a le nom le plus commun du monde. Et, enfant, il s’est a fait la promesse à son père de se faire un nom. D’être reconnu. Et il tient ses promesses. Du coup, quand il se retrouve, saoul et sans le sou, après un énième échec, à parler avec son grand-oncle Harry, il ne se méfie pas tout de suite. Jusqu’à ce qu’il se souvienne que le dit grand oncle Harry est mort. Quand il lui pose à question à savoir ce qu’il donnerait pour son art, sa réponse est bien claire… "ma vie". Il aura donc des mains toutes puissantes… mais plus que 200 jours à vivre.
   
   Tout d’abord, le graphisme me touche tout particulièrement. Entre les plans de la ville, les sculptures qui semblent vivantes et la personnalité de Meg qui la rendent tangible, présente (oui, je sais… je ne vous ai pas encore parlé de Meg… ça ne saurait tarder), on en a plein les yeux. Toute la BD est dans les teintes de bleu, les cases sortent à l’occasion de la page et on sent que l’auteur s’en permet avec leur disposition. En fait, il s’en permet juste assez pour que les originalités restent particulières et que j’aie pu les remarquer. Certaines planches et prises de vues sont juste merveilleuses. Vraiment, charmée je suis.
   
   Quant à l’histoire, ça parle d’art, de sa valeur, de reconnaissance, d’amour (c’est là où Meg entre en scène… mais je ne vous en dirai pas trop à son sujet), d’apparences, de mercantilisme, d’identité, d’amitié mais surtout de vie. De son côté éphémère mais si important pourtant. Et ce même si le thème est la mort annoncée du héros. C’est une grosse brique (presque 500 pages) mais pour moi, tout était nécessaire. Les plans variés, les réminiscences, les séquences pleines de vie, les hommages aux petits moments, aux relations humaines… Je me suis vraiment sentie happée par certaines réalisations du personnage principal. Les "Et maintenant…" J’ai aimé cette célébration de l’éphémère et l’omniprésence de cette question qui hante chacun d’entre nous : et de moi, il va rester quoi… Bref, j’ai été transportée.
   
   Et je recommande vivement. Très vivement. Un coup de cœur pour moi!

critique par Karine




* * *