Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le bazar et la nécessité de Samuel Sutra

Samuel Sutra
  Kind of black
  Le bazar et la nécessité
  La bonne, la brute et la truande
  Akhänguetnö et sa bande
  La mort dans les veines
  Les deux coups de minuit

Samuel Sutra est un auteur français né en 1974.

Le bazar et la nécessité - Samuel Sutra

Comme dit (ou presque) Jacques Monod
Note :

   Tonton, Aimé Duçon pour l'état-civil -l'inventeur de la cédille ai-je lu quelque part-, est un gangster. Attention pas un malfrat à la petite semaine. Non, Tonton, c'est "ZE" gangster! La référence ès coups de maître, gambergés et qui rapportent. Malgré une équipe de baltringues, la Baronne la bonne alcoolique, Bruno un zélé, Gérard un lourdaud bas de plafond aidé par Pierre son neveu : "Il n'était pas vraiment idiot, mais pas vraiment intelligent" (p.72) et Mamour, un aveugle au talent pour ouvrir toutes les portes jamais égalé. Tonton apprend par lettre qu'il a un fils, Antoine Bresson, trente ans... et flic. Qui plus est un flic pas mauvais du tout et qui sachant qui est son géniteur veut le coffrer, histoire de lui montrer où est la loi. Mais Tonton bien qu'attendri par sa toute nouvelle paternité n'a pas dit son dernier mot.
   
   "Le bazar et la nécessité" est déjà la quatrième aventure de Tonton, et je ne le connais que maintenant! Mais quel affreux oubli, car si les tomes précédents sont aussi bons que celui-ci, nul doute que j'ai raté de très bons moments.
   
   Un titre et une couverture qui ne font pas "polar" mais plutôt essai sur tel ou tel auteur et pourtant nous voilà en pleine comédie policière, mâtinée d'Audiard, de Lautner, de San-Antonio (la préface est d'ailleurs rédigée par Patrice Dard, fils de... et désormais aux commandes des aventures de San-A). Si les descriptions des personnages, des lieux ou les situations portent souvent à sourire, les dialogues sont savoureux et peuvent provoquer des éclats de rire -à tel point que mes co-locataires de canapé m'ont regardé plus d'une fois d'un œil envieux ou interrogatif. Par exemple, lorsque deux compères de Tonton parlent de son fils découvert à trente ans :
   "- Il devait bien s'en douter qu'à force de jouer les snipers de plumards, il allait mettre une cartouche dans le mille. Ça arrive aux meilleurs. La preuve, même moi on a essayé de me faire porter le chapeau.
   - Et t'y étais pour rien?
   - Si, mais c'est pas une raison. Donner, c'est donner. Je supporte pas les nanas qui te refilent ta semence après avoir fait pousser des bras dessus!" (p 103)
   

   Et je vous en passe un tombereau d'autres dans divers domaines, on imagine un Lino Ventura ou un Bernard Blier les prononcer avec volupté. Un roman très cinématographique, avec des scènes aisément visualisables, comme LA scène de sexe, absolument inédite et inénarrable par un autre que Samuel Sutra.
   
   Une lecture jubilatoire, réjouissante, parfaite pour cet été. Ce Samuel Sutra, il a un bon Karma (désolé, je n'ai pas pu m'en empêcher, même si je suis persuadé cher Samuel qu'on vous l'a faite à de nombreuses reprises...)
   
   Je découvre là les éditions Flamant noir et ne m'arrêterai pas là...

critique par Yv




* * *