Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La vengeance de Baudelaire de Bob Van Laerhoven

Bob Van Laerhoven
  La vengeance de Baudelaire

La vengeance de Baudelaire - Bob Van Laerhoven

Sexe etc.
Note :

   Voici un roman bien particulier, dont je vais avoir un peu de mal à vous parler, je le sens. Parce qu'il y a des côtés que j'ai beaucoup aimés, mais j'ai eu des hauts et des bas en cours de lecture. Mais je m'explique.
   
   D'abord, quand on parle des poils pubiens (yep, on sait qu'il se trimme... super) de l'inspecteur en page 1, ça fait un peu peur, j'avoue. Même si on parle sur la 4e d'atmosphère chaotique teintée d'érotisme. Toutefois, toute la première partie du roman m'a agréablement surprise. Vraiment. Nous sommes à Paris, en 1870. La commune, donc. Une période que je ne connais absolument pas, à l'exception d'une sombre histoire de "chemin des communards" dans "Le fantôme de l'Opéra". Le roman s'ouvre sur un meurtre dans un bordel, où le commissaire Lefèvre se rendait. Ça donne le ton.
   
   Il y a un côté historique qui m'a réellement plu dans le roman. J'ai aimé l'atmosphère des bordels, le côté un peu dépravé, le contexte social derrière tout ça, même si j'aurais apprécié qu'il y en ait un peu plus de ce côté-là. Pendant toute la première partie du roman, j'ai trouvé que le style était fluide et que les allusions sexuelles servaient plutôt bien l'histoire et que c'était ma foi bien placé (Et attention hein... je ne parle pas de scènes de c... détaillées. C'est plus dans les détails). Et les meurtres un peu rituels, les vers de Baudelaire qui servent de tremplin pour offrir une réflexion sur la mort et ce qu'elle représente, ça m'allait plutôt bien. Je trouvais ça différent, j'aimais bien le duo de héros ma foi loin d'être parfaits mais qui se complétaient bien.
   
   Puis, là, il y a le truc. Celui qui est un peu difficile à avaler et dont je ne préciserai pas la teneur ici pour ne rien spoiler. Dans mon cas, ça m'a réellement fait tiquer. J'ai dû faire une méchante drôle de face quand j'ai compris ce qu'il en était. Et j'avoue avoir été super critique après ça pendant un bon moment. Jusqu'à ce que je me dise que bon, si je continuais comme ça, j'allais gâcher ma lecture. Et que tant qu'à y être, pourquoi ne pas jouer le jeu. Et là ça a mieux été, malgré quelques bémols.
   
   En effet, la psychologie des personnages, leur passé et surtout la finale sont pour beaucoup dans mon appréciation globale et sur le fait que mon opinion est plutôt positive. Parce que j'avoue avoir trouvé des longueurs dans la seconde partie du roman et qu'après un moment, les thèmes récurrents, les discussions philosophiques un peu répétitives sur la mort (dans le journal et chez les personnages) mais aussi certaines allusions sexuelles qui servaient beaucoup moins bien l'histoire qu'au début (la troisième mention de l'étui pénien a été de trop pour moi, je pense). Toutefois, c'est un auteur que je relirai, ne serait-ce que pour le côté atypique du roman et pour ce qu'il ose aussi.
   
   Et j'avoue que j'ai dû effacer mon historique de recherche google après avoir fini de lire ce roman. J'ai été intriguée par l'un des éléments... et j'ai voulu voir. Du coup, c'était heu... particulier! Et loin de mes intérêts habituels! Je me demande juste quel genre de pubs je vais recevoir après ça!

critique par Karine




* * *