Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Plateforme de Michel Houellebecq

Michel Houellebecq
  Extension du domaine de la lutte
  La carte et le territoire
  Les particules élémentaires
  La possibilité d'une île
  Rester Vivant - La poursuite du bonheur
  Soumission
  Plateforme
  H. P. Lovecraft - Contre le monde, contre la vie
  Interventions 2
  Sérotonine

Michel Houellebecq est le nom de plume de Michel Thomas, écrivain français né en 1956 ou 58 à la Réunion.
Le prix Goncourt lui a été attribué en 2010 pour "La Carte et le Territoire".
Il a reçu le prix de la BnF 2015 pour l’ensemble de son œuvre



* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Plateforme - Michel Houellebecq

Le tourisme selon Houellebecq
Note :

    Michel, fonctionnaire au Ministère de la Culture, vit le grand amour avec Valérie qu'il a rencontrée au cours d'un voyage en Thaïlande. "Plateforme" est dans le prolongement des "Particules élémentaires" que j'avais déjà appréciées. On y trouve à nouveau un narrateur qui observe un monde auquel il ne peut s'intéresser. Seul le sexe tarifé lui apporte un peu de vie et il aura d'ailleurs l'idée de mettre sur pied un concept de club de vacances de charme baptisé "Eldorador Aphrodite".
   
   Comme dans son roman précédent, Houellebecq se sert de son narrateur comme d'un observateur des rapports entre l'homme et la femme, entre l'homme (en général cette fois) et sa famille, son travail, ses besoins, ses loisirs. Ses notations sociologiques (sur le tourisme, sur l'évolution des relations amoureuses en Occident) qui, je l'avais déjà noté, le rapprochent du Perec des Choses, si elles ne sont pas neuves, sont pertinentes.
   
   Maintenant, l'aspect scandale. L'anecdote d'abord : le Guide du Routard et la "chouette bande de copains (...) dont les sales gueules s'étalaient complaisamment en quatrième de couverture" sont un peu malmenés, ce qui ne saurait me déplaire, n'étant pas un inconditionnel du ton démago-superficiel des ouvrages de cette collection. Plus sérieusement maintenant, le problème du tourisme sexuel dont, à aucun moment, contrairement à ce qui a été dit, Houellebecq ne fait l'apologie : il fait un travail d'observation et d'imagination, ce qui est tout de même la moindre des choses pour un romancier.
   
    Au total, un roman important, captivant, écrit dans une langue sans épate, très fluide.
   Dans les 360 et quelques autres romans français de la rentrée cette année-là, je doute qu'on puisse trouver beaucoup mieux.

critique par P.Didion




* * *