Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Chemins de Michèle Lesbre

Michèle Lesbre
  Le canapé rouge
  La petite trotteuse
  Sur le sable
  Un lac immense et blanc
  Ecoute la pluie
  Chemins

Michèle Lesbre est une écrivaine française née en 1939.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Chemins - Michèle Lesbre

Je me souviens
Note :

    Michèle Lesbre nous entraîne sur les chemins de la nostalgie et des souvenirs. Beaucoup de poésie et une certaine délicatesse se dégagent de ce court récit.
   
    La narratrice dresse à mots doux le portrait de son père mort très jeune et essaie de capturer les instants oubliés, de retrouver enfin cet "intime étranger".
   
    Tout part d'un homme observé à la terrasse d'un café, une allure, une pipe allumée, un livre tenu en main et quel livre! celui de Murger "Scènes de la vie bohème" que lisait son père.
   
    Et voilà à fleur de peau et de sentiment tout revient ou presque.
   
    Il suffit de passer le pont dit la chanson, Michèle Lesbre prend les chemins, et en flânant au gré des sentiers et des rencontres, surgit ce que l'on croyait oublié.
   
    Apaisement est le mot qui convient à ce roman savoureux et tendre.
   
    C'est bien sûr la recherche d'un temps à jamais perdu mais aussi cette possibilité qui nous est offerte de continuer à vivre des rencontres insolites, à renouer avec des personnages d'une vie, à ne pas perdre de vue les gens aimés.
   
    Bien sûr la vie égare parfois, mais il suffit de dire je me souviens et alors reviennent nous visiter amis et amours.
   
    La voix de l'auteur est celle des rencontres passées et à venir, ces rencontres de toujours qui nous façonnent ou nous blessent.
   
    De Poitiers en passant par St Jean d'Angely, nous traversons une campagne paisible et magnifiée par les mots que sait nous murmurer cet auteur si sensible.
   
    A lire parce que nous avons tous nos chemins à parcourir encore et encore.

critique par Marie de La page déchirée




* * *