Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Manuel de dramaturgie à l'usage des assassins de Jérôme Fansten

Jérôme Fansten
  Manuel de dramaturgie à l'usage des assassins
  L'amour viendra, petite !

Manuel de dramaturgie à l'usage des assassins - Jérôme Fansten

C'est pas moi, c'est l'autre (qui est moi)
Note :

   "Jérôme Fansten" est une entité. Deux frères. Jumeaux. Nés d'un viol et déclarés par leur mère comme un seul enfant. Jérôme Fansten a presque 40 ans, est scénariste et écrivain. Mais aussi dealer de cocaïne dans les milieux hype -on ne dit plus branchés- de la capitale. Jérôme Fansten est également tueur. Il tue les hommes censés être les auteurs du viol de sa mère. Ils sont cinq. Un est déjà mort, le deuxième meurt au début du livre. Mais l'un des Jérôme de l'entité veut cesser toute activité illégale. Il est tombé amoureux de L. Lorsqu'un Jérôme est dehors, l'autre est terré dans la cave. Et ils changent. Un jour sur deux. Personne ne voit le changement. Le Jérôme narrateur est l'amoureux pour qui l'idée de partager L avec son frère est une douleur sans nom. Ce Jérôme à des doutes. Son frère paraît plus détendu, décontracté et souriant. Il n'a aucun scrupule.
   
   Remarque préalable à mon article : Jérôme Fansten est un fou dangereux! Le vrai Jérôme Fansten, l'écrivain, pas son double -pour le coup le mot est à prendre dans les deux sens puisqu'ils sont deux- de papier. Seconde remarque : les doubles sont barrés eux-aussi. J. Fansten, le vrai, il prend son nom, ses professions, sans doute certains de ses traits de caractère et se met donc en scène dans un rôle d'entité : "Non, je ne suis pas schizo. Nous sommes vraiment deux..." Et puis tant qu'il y est, il ajoute d'autres vraies personnes auxquelles il prête des propos et des actes dont elles sont sans doute incapables sauf dans la fiction. Il insère également dans son bouquin des mails, des conversations sur Internet entre L. et lui, des extraits des notes de l'entité et même une photo. Un bouquin absolument original sur la forme, qui l'est pareillement sur le fond. Ce pourrait être un énième polar sur une vengeance et l'on se trouve dans un roman difficile à classer. Noir, sûr! Jérôme Fansten joue avec les notions de réalité et de fiction brillamment. Lorsqu'en tant qu'entité, il décide -sur les conseils de son éditeur Stephen Carrière- d'écrire un Manuel de dramaturgie, il prend des notes, fait des recherches, et c'est à la fois ce Manuel, le compte-rendu des assassinats et leur préparation, les relations mère/fils et frère/frère, la naissance et l'évolution de la relation amoureuse avec L, les démêlées avec le grossiste de drogue et les craintes que la police ne les découvre, c'est donc tout cela que l'on découvre dans ce livre. Bien que copieux, il n'est jamais ennuyeux ni confus. Totalement maîtrisé, les révélations ou rebondissements arrivent parfois juste au détour d'une phrase. Des explications comme cette manie de décrire les tenues vestimentaires des invités des sauteries parisiennes que l'entité-dealer fréquente avec les noms des marques -d'aucuns y verront même un agaçant name-dropping qu'ils vénèrent sans doute chez d'autres, comme Brett Easton Ellis- arrivent plus tard. Enfin, bref, je me suis régalé de bout en bout.
   
   C'est un roman noir social, totalement ancré dans l'époque, qui parle du monde du cinéma, de celui de la littérature -sans doute avec outrance?-, Jérôme Fansten n'est pas avare de petites vacheries -sans citer de noms- sur certains types d'acteurs ou d'écrivains putassiers (mot qui revient plusieurs fois) qui, pour réussir sont prêts à toutes les compromissions même -et surtout?- lorsqu'elles concernent leur travail. J. Fansten se balade également dans ses ouvrages précédents -qu'il n'est pas obligatoire d'avoir lus, la preuve je n'ai pas lus ceux dont il parle moi-même-, n'hésitant pas à épingler quelques critiques un peu courtes, peu aimables et pas vraiment argumentées.
   
   Je classe sans hésiter "Manuel de dramaturgie à l'usage des assassins" dans ma catégorie "Coups de cœur", comme je l'avais fait avec l'autre roman de Jérôme Fansten que j'ai lu, L'amour viendra, petite!
   
   Le titre me rappelle un bouquin qui, sur le fond n'a rien à voir, de P. Desproges, "Manuel de savoir-vivre à l'usage des rustres et des malpolis" ; dans certaines pages du Manuel de J. Fansten, j'ai retrouvé des accents desprogiens : humour vache et noir, un brin désespéré, amour des belles lettres et plaisir de jouer avec les mots et les niveaux de langage. Lorsque je cite Desproges, comme référence, comprenez que pour moi, on est dans le haut du panier...
   
   N'hésitez pas!
   
   Superbe couverture dessinée par Winshluss, auteur de BD et cinéaste qui a co-réalisé -avec Marjane Satrapi- "Persépolis" et "Poulet aux prunes" (excellents films que je vous recommande)

critique par Yv




* * *