Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L comme: Crevaisons - Une aventure rocambolesque du Soldat inconnu de Manu Larcenet

Manu Larcenet
  L comme: Le combat ordinaire
  L comme: Le combat ordinaire, T.4
  L comme: Blast, Grasse carcasse
  L comme: Presque
  L comme: Crevaisons - Une aventure rocambolesque du Soldat inconnu

Pour la bio de l'auteur on a tout intérêt à consulter "Le retour à la terre"

L comme: Crevaisons - Une aventure rocambolesque du Soldat inconnu - Manu Larcenet, Daniel Casanave

Dérision
Note :

   J’ai choisi cette BD quand j’ai vu le nom de Larcenet sur la couverture. Elle fait partie des Aventures rocambolesques de plusieurs personnages célèbres comme Freud, Attila, Robin des Bois ou Van Gogh.
   
   Cette fois, il s’agit d’une sorte de résurrection du Soldat inconnu qui se retrouve par hasard dans un immense cimetière dans on ne sait quel endroit ni à quelle époque et qui est tenu par un gardien très âgé vivant seul là depuis une éternité, sans presque plus de ravitaillement et sans aucune nouvelle de ses supérieurs.
   
    Tous deux décident alors de partir à la recherche d’un village ou d’une ville mais ne voient que des tombes qui les mènent au bord d’une mer inconnue où ils décident de s’installer, après bien des rencontres et des péripéties car ils ne s’entendent pas très bien au début tant leurs caractères sont à l’opposé l’un de l’autre. Le jeune lieutenant est sûr de lui et de ses valeurs guerrières tandis que le vieux gardien passe son temps à écouter du Punk rock.
   
   Il s’agit bien d’une histoire rocambolesque sur fond de dérision, d’humour désabusé, d’antimilitarisme et d’un fatalisme qui serait angoissant sans la bonhomie du vieillard et l’entêtement dérisoire du soldat.
   
   C’est un album plaisant à condition d’accepter d’emblée la situation absurde du début et la suite fantasque du récit à base de rencontres insolites. J’y ai vu une incitation au pacifisme, toujours d’actualité.

critique par Mango




* * *