Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Méndez de Francisco Gonzalez Ledesma

Francisco Gonzalez Ledesma
  Méndez
  Ombres du passé
  Cinq femmes et demie

Francisco González Ledesma est un écrivain espagnol né en 1927 et décédé le 2 mars 2015 à Barcelone.

Méndez - Francisco Gonzalez Ledesma

Recueil de nouvelles
Note :

   Hommage à Francisco Gonzalez Ledesma décédé le 2 mars 2015.
   
   “ Tous les Barcelonais savent que Méndez travaille – du moins il le prétend – dans le commissariat d’un quartier misérable. Ils savent tous par ailleurs qu’il ne touche pas de prime, il ne vit que de ses maigres émoluments ; le seul écart qu’il se permet consiste à acheter des livres, qu’il lit de surcroît, ce qui nuira un jour à sa santé. Ils n’ignorent pas, enfin, que Méndez adore les femmes mais qu’il n’est pas brillant au lit, ce qui lui a valu une série de réclamations auxquelles il ne sait trop comment faire face ”.
   
   Tout est dit ou presque dans cette présentation au début de "Un petit bonheur", l’une des vingt-deux nouvelles qui composent ce nouvel opus consacré à ce flic espagnol humaniste.
   
   Méndez ne fait pas partie de cette cohorte de flics gros bras, mais pourrait être assimilé à un métissage de Maigret et de Columbo, dans un contexte plus miteux, professionnellement et familialement. Il apprécie plus ses rapports, platoniques, avec des filles de joie que ceux qu’il pourrait entretenir avec des bourgeoises.
   
   Il se méfie de ses collègues, de ses supérieurs, de la police en général, ne fait pas vraiment confiance en la justice, ce qui l’amène parfois à forcer le destin sans que sa hiérarchie puisse vraiment le prendre en défaut. C’est un marginal qui s’assume tout en évoluant dans une société structurée. Et même ceux qui réfutent l’ordre établi, ceux qui combattent, intellectuellement ou physiquement, les forces policières, ceux qui même innocents se sentent coupables rien qu’à la vue de l’uniforme, ne peuvent s’empêcher d’éprouver de la sympathie envers Méndez, car la carcasse fragile du policier recèle une telle aura de sagesse, de tolérance et en même temps d’acrimonie envers les profiteurs de tous poils, que l’on ne peut que se sentir proche de lui.
   
   Mais ce recueil est aussi une incursion non touristique dans une ville, Barcelone en l’occurrence, vue de l’intérieur, dont les défauts et les qualités sont mises en avant sans souci de propagande.

critique par Oncle Paul




* * *