Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Corps variables de Marcel Theroux

Marcel Theroux
  Au nord du monde
  Jeu de pistes
  Corps variables

Auteur britannique né en 1968.
Il est le fils de l'écrivain américain Paul Theroux et le frère de Louis Theroux, journaliste.

Corps variables - Marcel Theroux

Identités fluctuantes
Note :

   " D'aussi loin qu'il se souvenait, il était fasciné par la répétition, par la façon qu'ont les êtres humains de raconter les mêmes histoires sur leur propre compte, encore et encore. […] La personnalité humaine telle qu'il l'imaginait était une construction en état de siège : assaillie du dehors par une gamme infinie de données perceptuelles, attaquée de l'intérieur par une collection de besoins et de pulsions centripètes et contradictoires. Elle a constamment besoin de panser et de rétablir sons sens de l'intégrité. La répétition, dit-il, est une version simple et non invasive de la Procédure."
   
   Un homme, enfermé dans un hôpital psychiatrique, affirme être le professeur Nicholas Slopen, spécialiste de l'auteur du XVIIIème siècle, Samuel Johnson.
   
   L'ennui, c'est que Slopen est mort depuis des mois. Avant son décès, il avait été chargé d’authentifier des écrits de son auteur favori et s'était laissé fasciner par un personnage d'idiot savant qui allait l’emmener dans une bien étrange Procédure.
   
   Mêlant thèmes classiques de la littérature fantastique et problématiques contemporaines, vivifiés par un style tonique , "...mon russe, parfaitement adapté à tout un tas de situations du quotidien, ressemblait à une vieille locomotive roulant bien au-delà de ses capacités ; les rivets sautaient de la chaudière, tout était en surchauffe, et pourtant elle poursuivait sa course avec une sensation enivrante de vitesse.",et un récit riche en rebondissements, "Corps variables " nous fait vivre de l'intérieur une expérience troublante où corps, esprits et mots sont étroitement imbriqués.
   
   Les personnages sont denses et attachants et les changements de points de vue permettent des revirements qui ne perdent jamais le lecteur en route.
   
   On est captivé par un récit à la fois émouvant et intelligent, au final magistral, qui m'a fait revivre le coup de foudre que j'avais eu pour "Au Nord du monde "! Et zou, sur l'étagère des indispensables!
   
   Traduit avec maestria de l’anglais par Stéphane Roques.
   
   313 pages constellées de marque-pages.
   
   PS: la 4ème de couv' en dit beaucoup trop à mon goût.
   ↓

critique par Cathulu




* * *



Troublante incertitude
Note :

   "Patient Q. Interné pour évaluation le mois dernier. Admis à l'UMD avec une psychose paranoïde et de graves troubles conceptuels. Nom et identité inconnus. Soutient être un universitaire du nom de Nicolas Slopen, mort l'an dernier dans un accident de la route. Hospitalisé par procédure d'urgence suite à des faits de harcèlement et de menaces dirigés contre l'épouse du défunt".
   

   Le narrateur, Nicolas Slopen, est un universitaire spécialiste des écrits de Samuel Johnson, marié à Léonora et père de deux enfants. Il est contacté par Hunter, riche collectionneur, qui lui demande d'authentifier des lettres de Johnson, certaines connues, d'autres inédites.
   
   Après une préface intrigante, nous faisons donc la connaissance de Nicolas Slopen, ou en tout cas de l'individu qui revendique son identité. Voilà un roman qui nous entraîne dans une histoire vertigineuse, hallucinante, qui tend vers le fantastique et la science-fiction. Il m'a fait passer par différents états, oscillant entre "je déteste" et "j'aime" selon ma progression.
   
   Eliminons tout de suite le négatif. Le thème du livre m'a mise mal à l'aise, je déteste tout ce qui a trait à la manipulation de l'être humain, d'autant plus que certains passages me paraissaient très obscurs. J'ai tenu bon et je ne l'ai pas regretté parce que j'ai dévoré les cent dernières pages avec un intérêt grandissant.
   
   Le narrateur est-il fou ? fabulateur ? Qui sont ces mystérieux interlocuteurs qui l'utilisent ? Sa curiosité intellectuelle, son orgueil, mais aussi la débâcle de son couple, vont l'emmener jusqu'en Russie, en compagnie de la troublante Vera. Il est préférable de ne rien dire de plus, puisque le grand intérêt du livre est de nous laisser dans la confusion un certain temps, avant de découvrir pas à pas ce qui est réellement arrivé à Nick. La construction du roman est brillantissime, tournant autour du vieux rêve de découvrir une façon de se survivre, posant de multiples questions sur les connections corps-esprit. J'ai réévalué plusieurs fois ce que je pouvais penser de Nicolas Slopen, qui devient de plus en plus attachant.
   
   Je suis loin du coup de cœur de "Au nord du monde", le thème ne m'a pas autant accrochée, mais c'est une réticence toute personnelle.

critique par Aifelle




* * *