Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le square de Marguerite Duras

Marguerite Duras
  L'amant de la Chine du Nord
  Détruire dit-elle
  Dix heures et demie du soir en été
  India Song
  Moderato Cantabile
  La douleur
  Le ravissement de Lol V. Stein
  Un barrage contre le Pacifique
  Emily L
  Les petits chevaux de Tarquinia
  Hiroshima mon amour
  Abahn Sabana David
  Ecrire
  Les yeux bleus cheveux noirs
  L'amant
  Le Vice-Consul
  Yann Andréa Steiner
  Le square

AUTEUR DES MOIS DE FEVRIER & MARS 2007

Marguerite Duras est née Marguerite Donnadieu, en 1914 en Indochine alors française, de parents enseignants.
Elle y vivra (à part une courte interruption à la mort de son père en France métropolitaine) jusqu’en 1933 où, munie de son baccalauréat, elle regagnera la métropole pour y poursuivre ses études.
Résistante pendant la seconde guerre mondiale, elle verra son mari déporté. A la libération, elle s’inscrira au Parti Communiste Français dont elle sera exclue quelques années plus tard.


Auteur extrêmement prolixe, elle écrit des romans, des pièces de théâtre, des adaptations cinématographiques, s’inscrivant dans le renouvellement de ces modes d’expression à cette époque.
Sa vie fut marquée par son assujettissement à l’alcool qu’elle ne niera jamais et évoque au contraire dans « La Vie matérielle. »
Elle est morte à Paris en 1996 et est enterrée au cimetière du Montparnasse.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Le square - Marguerite Duras

La poésie de ses mots
Note :

   Si nous connaissons tous la plupart des œuvres de Marguerite Duras, peu sont ceux qui ont déjà lus "Le Square ". Ce fut d'abord un roman, paru en 1955, qu'elle ré-écrira en 1965 sous la forme d'une pièce de théâtre, plusieurs fois interprétée et même jusqu'à très récemment (cet été) au théâtre de l'Atelier à Paris.
   
   Si la qualité "Made in" Marguerite Duras est bien là, le style est néanmoins très différent de ce que l'on a coutume de lire d'elle.
   
   Toute l'intrigue se déroule sur un laps de temps très court, quelques heures seulement. Un homme, voyageur de commerce, se retrouve dans un square sur le même banc qu'une jeune fille chargée de veiller sur un enfant.
   
   Tous les deux se mettent à discuter et à évoquer leurs vies de solitude, qui semblent les rendre assez malheureux l'un et l'autre. Sans doute est ce le début d'une histoire d'amour, ou peut-être pas. Mais c'est en tout cas un moment très dense en émotions, porteur de rêves et d’espoir. Chacun souhaite rencontrer le bonheur, mais si elle croit fermement y arriver par le biais d'une rencontre amoureuse, lui n'y croit plus du tout et se laisse porter par le courant de la vie. Une chose est sûre, c'est dans le regard des autres et par leur reconnaissance que l'on ressent l'intérêt de la vie, le bonheur.
   
   Lire Marguerite Duras est toujours synonyme de bon temps, ne serait-ce que par la poésie de ses mots qui nous transporte. Et comme souvent, elle nous offre tellement d'objets de réflexion, que ses textes nécessitent des relectures perpétuelles...
   
   Pour finir, une petite phrase issue du roman pour se faire plaisir : "Je ne vous parle pas de ces changements qui modifient toute l’existence, mais seulement de ceux qui font plaisir le temps de les vivre."

critique par Pauline




* * *